SANS PAPIERS 2008-2015 : LES PRESIDENTS CHANGENT, LES PERSECUTIONS RESTENT

lundi 23 février 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 11%

SANS PAPIERS 2008-2015 : LES PRESIDENTS CHANGENT, LES PERSECUTIONS RESTENT

En Ille et Vilaine, personne n’a oublié Julio, un lycéen angolais arrêté en 2008 lors d’une sortie scolaire. Il est placé au centre de rétention de Rennes après avoir subi des tests osseux. Cette arrestation déclenche une indignation collective légitime et une large mobilisation. Une notoriété dont Julio se serait bien passé :

http://www.liberation.fr/contre-journal/2008/03/26/julio-la-peur-au-ventre_68169

A l’époque, nous découvrions les tests osseux :

« Un jeune lycéen angolais prénommé Julio est arrêté lors d’un contrôle dans le métro alors qu’il se trouvait accompagné de camarades pour une sortie scolaire. Trop noir, trop jeune et trop poilu pour être honnête ? La Préfecture a alors mis en doute sa pièce d’identité indiquant qu’il était mineur et n’a pas hésité à lui infliger des tests pseudo-scientifiques humiliants, dignes de l’esclavagisme dans le seul but de justifier un placement en rétention en vue d’une expulsion ! Examen osseux, pilosité et organes génitaux - pourquoi ne pas regarder ses dents, sa mâchoire, tâter ses muscles et déclarer qu’il est bon pour les îles de sucre amer- ? Cette méthode d’instrumentalisation de la science à des fins judiciaires est une fois de plus une grave dérive de la politique des quotas. Pauvre ado humilié dont la vie n’est alors plus que chiffres : âge, mensuration, dates, heures de passage aux tribunaux, un numéro à comptabiliser dans des comptes infamants » (blog sans-patrie - mars 2008).

C’était sous l’ère sarkoziste. C’est du passé. Ben non ! Sept ans plus tard, cette pratique s’est banalisée partout en France et Julio se retrouve à nouveau enfermé !

Cette fois-ci, on ne conteste plus son âge, mais la préfecture d’Ille et Vilaine exige un passeport pour lui renouveler son titre de séjour. Julio est né d’une mère angolaise et d’un père congolais, il n’aura jamais de passeport, mais la préfecture de veut rien savoir. Pas de passeport, pas de papier !

Depuis 2013, Julio est sans-papiers. Il continue son travail comme maçon en CDI dans la même entreprise depuis cinq ans. Il paye ses impôts. Sa copine est enceinte. Il aimerait bien prendre un appartement pour vivre avec elle, mais il ne le peut pas. Il aimerait bien passer son permis, mais il ne le peut pas. Il aimerait bien vivre comme tous les jeunes de son âge, mais il ne le peut pas. Alors il continue à vivre comme un clandestin, à squatter à droite à gauche chez des copains...

Vendredi 13 février à 15h, la PAF se présente à son domicile. Il est arrêté et placé en retenue administrative, avant d’être transféré au CRA de Rennes avec une nouvelle OQTF. Le cauchemar recommence pour Julio...

Lundi 15 février à 11h, le juge administratif examine la situation de Julio. Son patron et ses collègues sont présents pour le soutenir. Contre toutes attentes, Le TA de Rennes confirme l’OQTF : Julio est à nouveau expulsable.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/2015/02/16/un-jeune-angolais-menace-d-expulsion-656775.html

Où sont-ils tous ces élus socialistes qui manifestaient à nos côtés en 2008 en demandant la régularisation de Julio ? Où sont-ils ceux-là mêmes qui nous donnent depuis un mois des leçons de « vivre ensemble » ?

Tant qu’il restera un seul Julio privé de liberté, nous continuerons à lutter contre ces décisions arbitraires, injustes et inacceptables.

Rassemblement devant la cité judiciaire de Rennes mercredi 18 février à 14h

Carole Bohanne

Resf 35