Riposte Laïque et Islamophobie en logique pénale - C Delarue

vendredi 8 avril 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

Riposte Laïque et Islamophobie en logique pénale.

« Le tribunal correctionnel de Paris a estimé que »sous couvert d’expliquer les faits qu’il dénonce par la supposée déviance morale de l’islam, l’auteur impute ensuite aux musulmans, de manière explicite, sans aucune réserve et sans distinction entre eux, une perversion morale et des comportements abjects".

Ce passage est à vérifier certes - avec le jugement - mais prenons ce commentaire car il reflète une certaine rigueur d’analyse conduisant (ou non) à une sanction penale qui valide le terme d’islamophobie dans un sens qui mérite développement.

La logique judiciaire part souvent d’une critique jugée possible de l’islam - et donc non condamnable en droit - (souvent placé en début de billet ou de vidéo) pour aboutir à une condamnation pénale à partir du moment ou in fine (en fin de vidéo ou de billet) tous les musulmans sont visés globalement, sans exception aucune ! Là c’est du dénigrement jugé raciste car tout un groupe humain est dégradé par son appartenance à la religion, ici l’islam. L’islamophobie est bien, ici, un discours qui infériorise un groupe humain dans son ensemble - les musulmans - selon la religion, ici l’islam, à partir d’une critique - possible en droit - de cette religion.

Cette définition de l’islamophobie est stricte et non extensive comme le voudraient certains « pro-religions ». Elle n’empêche pas la critique de la religion, y compris par le blasphème, la désacraliation comme « brûler le Coran » (affaire réelle).

Pour ne pas être accusé de racisme (au sens d’islamophobie) il faut veiller soit à ne critiquer que la religion (son discours et ses pratiques) sans affectation aucune aux musulmans, soit en l’attribuant à une fraction des croyants, et là le faire de façon floue ou si de façon précise en s’assurant alors qu’une majorité de personnes intruites le font aussi .

Chritian DELARUE