Quid de l’intégrisme religieux comme oppression ? A propos d’une hypocrisie à gauche.

mercredi 30 août 2023
par  Amitié entre les peuples
popularité : 12%

Quid de l’intégrisme religieux comme oppression ?

A propos d’une hypocrisie à gauche.

Que l’on soit opposé aux violences contre les croyant-es se comprend bien chez les athées comme chez les laïques , pas toujours chez tous les croyant-es de part le monde. Il existe une concurrence - et c’est un euphémisme - entre religions, peu tolérantes. Notamment entre les grandes religions monothéistes.

Que l’on ne distingue pas les intégristes religieux des autres croyant-es qui ne posent aucun problème parait indigne d’une pensée critique. Entre deux accusations typique du campisme - islamophobie et islamogauchisme - travaillons à une critique des intégrismes religieux et de leur sous-culture !

Et il ne s’agit pas seulement que des terroristes armés. L’intégrisme religieux sévit comme une peste trans-frontières, en stigmatisations répétées, dans les quartiers, contre les femmes trop peu couvertes, les homosexuel.les, les transidentitaires et transexuel.les. C’est connu ce type de contraintes lourdes. Faut-il le taire ?

Il existe de part le monde des courants religieux particulièrement nuisibles qui forment une sous-culture sexoséparatiste (hommes dehors - femmes dedans, au foyer) et sexyphobe (sorties dehors « bâchées » tête et chevilles). Je l’ai vu à Tlemcen jadis mais aussi en Grèce. L’intégrisme religieux en rajoute sur le patriarcat existant. C’est un hyperpatriarcat !

L’intégrisme religieux ne relève pas que de l’islam car les juifs Haredim sont aussi sexyphobes que les intégristes musulmans. Et ceux cathos le sont encore. C’était pire avant 1968.

Ceci dit il y a bien un gros problème.

Le problème aujourd’hui est qu’un ministre puisse imposer une "tenue républicaine" en disant lui aussi qu’une jupe peut être trop courte (ou un décolleté trop plongeant comme Ségolène jadis). Comme quoi la sexyphobie n’est pas que le fait de l’intégrisme religieux ! En fait on voit se construire peu à peu une norme vestimentaire pour les femmes surtout qui déresponsabilise les hommes qui trouvent bien pratique que les conseillères d’éducation veuillent exclurent les jeunes filles en mini jupe plutôt que d’éduquer les jeunes garçons. Question : Si ce n’est pas fait entre 12 et 18 ans quand fait-on cette éducation ?

Christian Delarue

Cf mon texte :

L’intransigeantisme religieux comme exigence d’un privilège face au souci d’égalité

http://altermd-krisdlr.centerblog.net/201-intransigeantisme-religieux-comme-exigence-un-privilege

ou sur

http://krismondial.blogg.org/l-intransigeantisme-religieux-comme-exigence-d-un-privilege-face-au-so-a214485509

Sophie Binet sur abaya à l’école : c’est non mais il y a d’autres problèmes à régler à l’école et ailleurs.

https://www.youtube.com/watch?v=wYF0TL0H7Bc