Qui parle de l’intégrisme religieux, musulman, à côté du CCIF.

lundi 19 décembre 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 7%

Qui parle de l’intégrisme religieux, musulman, ici ou ailleurs, à côté du CCIF ?

cf Intégrer l’intégrisme religieux, refuser le silence. | Le Club de Mediapart

Intégrer l’intégrisme religieux dans les débats de la gauche, refuser le silence d’une certaine gauche sur cette question !

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/191216/integrer-lintegrisme-religieux-refuser-le-silence

Ce devrait être ici très naturellement Clémentine Autain (tout à la fois de gauche, féministe et antiraciste) et non pas le grand silence . Car il ne ressort pas massivement - si je me trompe me le dire - que les « problèmes » (doux euphémisme) d’un certain islam très très réactionnaire émergent dans les débats aux marges de la gauche ou l’on voit le PIR ou le CCIF s’attabler. Je n’ai rien vu, rien lu ! Oh il peut certes y avoir un exposé féministe, voire une phrase contre le plafond de verre qui empêche les femmes de monter au sommet des grandes organisations mais rien sur une sous-culture sexoséparatiste liée à l’intégrisme religieux musulman. Là grand silence ! Gros tabou !

Hors sujet ? Dés qu’on évoque dans un même discours d’une part « communauté musulmane » (terme qui couvre tous les croyants, des progressistes parfaitement vivables jusqu’aux intégristes sexoséparatistes, jusqu’aux salafistes pro-charia voire jusqu’à l’islamo-terrorisme) et d’autre part « islamophobie » on a alors deux obstacles épistémologiques ou pour le dire plus simplement deux écrans qui empêchent de voir et d’appréhender pleinement un problème que je nomme « intégrisme musulman » avec sexoséparatisme. Il y a blocage, silence et tabou !

C’est pourquoi je me suis attaché, d’abord dans le cadre du MRAP il y a dix ans (en voulant créer un groupe d’étude et de recherche sur les intégrismes religieux auprès de son bureau exécutif dont j’étais alors membre) puis hors du MRAP, notamment au sein du groupe « Cultures et société » du Conseil scientifique d’ATTAC..

On trouvera ici des textes courts ou long qui explicitent ce qu’est l’intégrisme religieux.

1 - J’en donne ici une définition brève  :

La nécessité de définir l’intégrisme religieux vient du fait que l’on trouve dans les religions des croyants progressistes, ouverts et tolérants en matière de moeurs, de sexualité. Ce qui est à l’opposé des courants intégristes (que certains disent aussi fondamentalistes du point de vue du type d’interprétation de la religion).

Le terme « intégrisme religieux » désigne toute attitude doctrinale de conservatisme intransigeant, autoritaire et rigide en matière de moeurs. Son contenu très réactionnaire l’oppose frontalement aux conquêtes du féminisme contemporains, notamment la liberté des femmes dans l’égalité et la laïcité. Les intégrismes religieux, porté principalement par des hommes mais aussi des femmes, s’opposent donc à l’affaiblissement du patriarcat.

L’obsession du sexoséparatisme (hard ou soft) de certains (juifs haredim, intégristes musulmans, catholiques jadis) est à mettre en lien avec ce renforcement du patriarcat opposé aux conquêtes féministes des 40 dernières années.

2 - Pour un développement plus important de la question lire : « Que faire des intégrismes religieux ? » de C Delarue sur Amitié entre les peuples

http://amitie-entre-les-peuples.org/Que-faire-des-integrismes-religieux-


Christian Delarue

Critiques du CCIF

Le Canard enchaîné affirme, dans un article publié le 17 août 2016, que « le CCIF a défendu des imams expulsés pour radicalisme » et que son président Marwan Muhammad se produit régulièrement en présence d’imams radicaux.

Sur wikipedia :

Sylvain Mouillard et Bernadette Sauvaget, de Libération, notent que la 4e cérémonie de levée de fond du CCIF on a vu des imams salafistes (Rachid Abou Houdeyfa et Abou Anas) . Interrogé « Yasser Louati, nouveau porte-parole du CCIF, assume : “On peut ne pas être d’accord avec certains intervenants, mais ils n’ont pas enfreint la loi”. »

Question : La loi serait-elle laxiste face à l’injure sexistes de certains ? On est renvoyé devant les tribunaux pour des remarques « islamophobes » mineures sur le port du voile dans un bistrot - avec peine variable cpdt - mais un fréro-salafiste peut lui publiquement mettre en ligne des vidéos injuriant les femmes ! C’est rien çà !

Le CCIF est dans la sphère fréro-salafiste

Wikipédia : Pour la journaliste Eugénie Bastié, le CCIF est proche des frères musulmans74. Jean-Christophe Moreau écrit, dans Le Huffington Post, que le collectif « entretient d’excellentes relations avec l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) », organisation proche des frères musulmans.