Quand l’antiracisme est dévoyé en haine des critiques des intégrismes religieux

samedi 23 décembre 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

Quand l’antiracisme est dévoyé en haine des critiques des intégrismes religieux (et d’une religion en particulier).

En défense de :
Entretenir une saine méfiance contre les religions. avec le sous-titre :
Contre les communautarismes qui protègent les intégrismes religieux.

il est sur ce site
http://amitie-entre-les-peuples.org/Entretenir-une-saine-mefiance-contre-les-religions-C-Delarue

ou sur mediapart
https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/161217/entretenir-une-saine-mefiance-contre-les-religions

Ce texte porte sur la possible et nécessaire critique des religions et :

1) il ne se réclame d’aucune organisation dont je suis membre. Pas même du dernier livre auquel j’ai participé.

2) il n’a pas pour objet principal l’antiracisme mais secondairement le rapport entre l’antiracisme et l’intégrisme religieux est effectivement posé.

3) il évacue l’athéisme en introduction sans développer plus car ce n’est pas le sujet. C’est ce que l’on fait dans toute introduction. Disons maintenant que je pourrais d’ailleurs partager certaines remarques critiques de mon critique si j’avais du développer. Je maintiens le fait que nombres d’athées, aussi bien dans la sphère chrétienne que dans la sphère musulmane sont devenus des athées du fait du rigorisme et de l’autoritarisme dominant chez nombre de croyants et croyantes de leur entourage. Nombres de féministes le sont devenues aussi contre les religions (sans cibler les seuls intégristes d’ailleurs) sans oublier ensuite la critique du capitalo-patriarcat.

4) La critique de la religion est de droit (y compris avec une culture faible). Mais mon propos depuis un grand nombre d’années - cf la critique du FIS en solidarité avec les progressistes algériens jadis qu’ils soient athées ou croyants est ancienne - porte contre tous les intégrismes religieux. Tous ! Universalité de cette critique !

5) En matière d’antiracisme rapporté à la religion, ce texte a pour fond mon refus de tout amalgame essentialiste qui met tous les croyants d’une religion (du progressiste au réactionnaire) dans un même sac communautaire. Ce mécanisme d’amalgame « couvre » les intégrismes religieux de la dite « communauté » . Il fait silence sur les mécanismes internes d’oppression et sur les fractions qui les portent . Ce n’est pas nouveau et je suis loin d’être le seul ni même le premier à faire cette critique. Loin de là.

6) Je critique aussi les intégrismes musulmans ce qui déplait à mon critique. Cela mérite un ajout : Je suis solidaire depuis très longtemps (avec le MRAP mais aussi ATTAC et avant ATTAC le CADTM) des peuples du Sud (ou des suds) dominés par l’impérialisme économique du Nord (vous savez les peuples-classe du Maghreb et ceux d’Afrique, ceux des pays ACP du temps des accords de Lomé (c’est vieux aussi). Je dis cela très vite. Mais pour moi cette solidarité ne va pas sans critique et sans solidarité avec les progressistes des pays du sud, notamment les marxistes du sud, notamment les femmes qui se heurtent aux intégrismes religieux dont celui musulman est le plus étendu sur la planète sud ;

7) Je fais un lien entre le Sud et les quartiers populaires. Car là aussi j’essai d’exprimer une solidarité avec les populations qui subissent d’une part le surchômage (le chômage à deux chiffres) et d’autre part les discriminations racistes (contre les Arabes ou les Noirs, etc). Mais cette solidarité sur deux points se fait sans accommodement à l’égard des intégrismes musulmans. Si je parle de lui c’est parce que c’est de lui qu’il s’agit. J’évoque très souvent les juifs haredim (également sexoséparatiste et haineux du féminin - sexyphobes) mais ils sont fort peu sur la planète . Concernant les intégrismes musulmans (plusieurs formes et plusieurs niveaux) je ne dis pas qu’ils sont majoritaires (en nombre) mais je dis que certaines pratiques ont du poids ou de l’influence .

8) Il ne dit rien de la solidarité avec le peuple palestinien notamment dans une perspective de paix et dans un cadre collectif d’associations. Solidarité sans antisémitisme évidemment pour un antiracisme universaliste.

9) Concernant certaines pratiques sociétales issues de ce type d’intégrisme comme le voilage des gamines, cela me choque comme bien d’autres et il n’y a guère qu’une frange de soutien inconditionné au monde musulman à faire silence. Il y a d’autres critiques qui surgissent : haine du féminin (forme du corps, bout de peau, vêtements hypotextiles), haine des athées (athéophobie), haine des homosexuels-les, etc ... Il y a là un ensemble de rejets qui forme un sexisme spécifique (cf tendance vers un hyperpatriarcat)

Christian DELARUE
Cosmopolitisme d’en-bas : En défense d’une humanité-classe multicolore et multitextile

Christian DELARUE