QUELLE « PHILOXENIA » ou LA XENOPHILIE RELATIVE !

dimanche 4 octobre 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 8%

QUELLE « PHILOXENIA » ou LA XENOPHILIE RELATIVE !

En ce jour de mobilisation pour les migrants et contre l’impérialisme (4 oct 2015) qui provoque les dégâts politiques et sociaux.

En complément de Politique de dignité et de solidarité à fonder en philosophie, en droit et en pratique ! http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/060915/politique-de-dignite-et-de-solidarite-fonder-en-philosophie-en-droit-et-en-pratique

Le devoir d’ouverture et de bon accueil des migrants revient à refuser la xenophobie (et souvent le racisme qui lui est associé). Ce refus de la xénophobie obligerait alors, selon certains, à une impossible philoxenia. « L’amour de l’étranger » est improbable, voire impensable. Une lubie culturelle de l’alliance des « catho-marxistes » (sic) même !

Nous répondons qu’il s’agit là d’une philoxenia modérée, d’une xénophilie relative qui n’est pas strictement et proprement « amour de l’étranger » mais plus une xénophilie de base fraternitaire, d’ouverture, de civilisation, une philoxenia relative en l’espèce car nécessairement indistincte et généralisée à tout étranger parce que étranger.

- Ouverture et civilisation

Il y a dans le petit livre d’ATTAC « Pour une politique ouverte d’immigration » (Sylepses 2009) l’idée de libre circulation des migrants à défendre face à ceux qui font la dramatique « guerre aux migrants », face aussi aux capitalistes qui défendent eux la liberté de circulation des marchandises, toutes même les mauvaises, les nuisibles. Ecoutez ici Frédéric VIALE du CS d’ATTAC

cf FRÉDÉRIC VIALE SUR LCI 29/09/15 - YouTube
https://www.youtube.com/watch?v=z1WH6n35wFk&feature=youtu.be

Car il y a ceux qui distinguent les étrangers agressés politiquement (les réfugiés) et les étrangers agressés économiquement (les migrants « économiques ») afin de laisser dans le manque et la misère ces derniers. Pourtant, depuis 1968 avec la Conférence de Téhéran les droits économiques et sociaux et culturels (DESC) sont des droits humains comme les autres (ceux civils et politiques). C’est un progrès social immense ! Un progrès de civilisation ! Il y a eu depuis le PIDESC (Pacte ONU sur les DESC) qui défend en principe pleinement ces droits économiques et sociaux. Cela n’a pas été le cas en Grèce face au Mémorandum qui est frontalement contraire aux DESC.

- Revenons à la philoxenia.

Celle prise au sens fort, soit par ceux qui en restent au mot « amour » soit par ceux qui cachent une xenophobie, serait celle qui va au-delà de la nécessaire hospitalité. Mais cette amitié forte s’exerce alors nécessairement selon un mode affinitaire donc sélectif, comme l’amitié courante. Hors de question de faire ami-ami avec un intégriste sexoséparatiste par exemple. Pourtant il doit pouvoir vivre dignement !

Plus globalement, à côté des rapports inter-étatiques, il y a l’amitié consciente entre les peuples qui tend à la promotion de solidarités internationales en fonction de projets et d’enjeux et l’amitié entre individus qui est de l’ordre du relationnel, du choisi d’après des qualités.

Christian DELARUE