Pour une mobilisation citoyenne au service d’une démocratie plus égalitaire et inclusive - par des membres d’ATTAC France

dimanche 11 mai 2014
par  Amitié entre les peuples
popularité : 10%

Pour une mobilisation citoyenne au service d’une démocratie plus égalitaire et inclusive

mardi 25 mars 2014,

par Abdessalam Kleiche , Adda Bekkouche, Augustin Grosdoy, Christian Delarue, Claude Boutin, Djilali Benamrane, Dominique Chevalier, Emmanuel Leclercq, Évelyne Perrin, François Mareschal, Gabriel Thomas, Gérard Lerondeau, Gus Massiah, Jean-Paul Vanhoove, Joseph Raharijezy, Marc Ollivier, Marie Davée, Martine Boudet, Mickael Poiroux, Nils Andersson, Olivier Labouret, Serge Seninsky, Vincent Bruyère.

Cette résolution est le résultat des résolutions suivantes proposées à la commission de préparation et au CA d’ATTAC France. Vous pouvez retrouver les commentaires sur les liens ci-dessous :
- Vigilance face aux sirènes des extrêmes-droites
- La mobilisation anti-raciste au service d’une démocratie plus égalitaire et inclusive. Quel programme d’action à Attac ?

L’absence actuelle de perspectives socio-économiques, amplifiée par la déception à l’égard d’une alternance politique qui se conforme trop souvent aux attentes du monde de l’entreprise et des marchés, fournit un terreau propice aux réactions populistes et violentes. Dans ce contexte, les extrêmes droites, institutionnalisées ou non, renforcent leur activisme dans l’espace public et sur les nouveaux territoires du web, singulièrement auprès de la jeunesse, dans nos villes ou nos campagnes.

Dans le même temps, la xénophobie est utilisée comme stratégie de diversion et de division, la crise socio-politique étant la véritable cause de l’insécurité et de la précarité que subissent les plus faibles. Le délitement social que provoquent les plans d’austérité menés au nom de la résorption des déficits publics et de la dette publique au Nord comme le font les plans d’ajustement structurel dans les pays du Sud depuis les années 80, attise la montée de l’extrême droite et du racisme en Europe, de l’extrémisme religieux et d’un bellicisme destructeur, en Afrique notamment. Comme l’écrit Survie, l’interventionnisme militaire franco-occidental s’amplifie au fur et à mesure de la crise des Etats post-coloniaux, en Côte d’Ivoire, en Libye, au Mali, en République centrafricaine…

En France, une mobilisation anti-raciste multilatérale s’est manifestée pour exprimer le refus de la démagogie et la solidarité à l’égard des minorités et des migrants : célébration du trentième anniversaire de la marche pour l’égalité et contre le racisme, pétitions et plaintes en justice, notamment du MRAP, pour réprouver les actions négrophobes, islamophobes, anti-Roms, manifestations lycéennes solidaires de jeunes migrants, commémoration de l’œuvre de Nelson Mandela, rapports ministériels sur « la refondation de la politique d’intégration » et « la politique de la ville »...

Ce qui est à l’ordre du jour, c’est l’actualisation d’une culture démocratique et de paix, qui remobilise les peuples du Nord comme du Sud. En France, la progression de l’extrême-droite et de ses idées n’est pas une fatalité. La rupture altermondialiste avec les diktats des marchés financiers et des oligarchies du capitalisme néo-libéral passe par la mise en place d’une politique de coopération, de migration et d’intégration plus respectueuse des droits des peuples et des personnes. La sanction politique et judiciaire des dirigeants parasites et corrompus de la Françafrique, le rééquilibrage des termes de l’échange, du prix des matières premières, en particulier dans le cadre des accords UE-ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique) sont des nécessités pour remédier aux migrations de la misère et enclencher des modes de développement autres, à caractère écologique, solidaire et équitable.

En amont, un objectif d’éducation populaire se dessine, celui de forger les conditions d’une société interculturelle ou de la diversité : il s’agit, sur la base du refus de l’assimilationnisme, du communautarisme et de l’individualisme de repli, de respecter les cultures de chacun et, par leur mise en dialogue, de favoriser l’enrichissement commun en termes de développement humain.

C’est à ces conditions notamment que les mobilisations anti-fasciste et anti-raciste
contribueront à réformer le système institutionnel, dans un sens plus égalitaire et inclusif. La promotion de ce programme altermondialiste, en complément des axes anti-libéraux traditionnels de l’association, permettra une claire dissociation à l’égard des courants nationalistes et réactionnaires. Cette démarche nécessite d’engager un travail interdisciplinaire et collectif plus poussé, articulant les questions économiques aux questions sociétales et culturelles, qui nourrissent aussi le discours xénophobe.

Au plan de l’action, il importe qu’Attac prenne toute sa place dans les mobilisations en cours. En particulier au travers des démarches suivantes, en externe :
- le développement des échanges avec les représentants des diasporas et de l’immigration en France
- la participation aux activités des coordinations antifascistes et anti-coloniales : VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), CONEX (COordination Nationale contre l’EXtrême droite), Sortir du colonialisme, l’Inter-Collectif du monde arabe, le Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques en Afrique.….etc

Et en interne :
- la formation militante : analyse des idéologies et pratiques des extrêmes droites, développement d’argumentaires en tenant compte lors de nos campagnes, à ne pas se laisser aller dans nos discours à des simplifications abusives aux dépens d’une pensée de la complexité du monde
- la publication d’un livre inter-associatif à caractère d’éducation populaire et/ou d’un dossier dans la revue du CS, « Les Possibles » : "Avec quel programme national et transnational contribuer à faire converger les démarches anti-fascistes et anti-racistes ? »
- le renforcement des collaborations avec les Attac d’Afrique, les membres fondateurs et partenaires spécialisés dans les questions Nord-Sud, sur les perspectives de démocratisation des relations internationales, notamment dans le cadre de la lettre électronique de la Commission internationale
- la promotion de ces démarches lors du débat avec les Attac du monde sur l’actualisation de la plate-forme fondatrice (Université d’été de Paris, 2014).

Cette résolution est proposée notamment par des membres du CL Attac 49, de la commission Migrations et de la commission internationale

Nils Andersson, Adda Bekkouche, Djilali Benamrane, Martine Boudet, Vincent Bruyère, Claude Boutin, Dominique Chevalier, Marie Davée, Christian Delarue, Augustin Grosdoy, Abdessalam Kleiche, Olivier Labouret, Emmanuel Leclercq, Gérard Lerondeau, François Mareschal, Gus Massiah, Marc Ollivier, Evelyne Perrin, Mickaël Poiroux, Joseph Raharijezy, Serge Seninsky, Gabriel Thomas, Jean-Paul Vanhoove


Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

8 janvier - De droite ou de gauche, maintien de la loi de mars 2004 contre les signes ostensibles de religion

Candidats de droite ou de gauche, maintien de la loi du 15 mars 2004 contre les signes (...)

26 août 2016 - Schéma : Peuple nation, peuple-classe, peuple social.

Schéma : Peuple nation, peuple-classe, peuple social.
http://www.legrandsoir.info/schema-peuple-nati

30 mai 2010 - TravaillismExit - RTT partout en Europe !

TravaillismExit - RTT partout en Europe !
https://www.facebook.com/events/1730316523900013/