Pour une loi sanctionnant le harcèlement moral médiatisé : respect du droit des femmes à exercer des responsabilités politiques . M Boudet

jeudi 14 juin 2012
par  Amitié entre les peuples
popularité : 13%

Pour une loi sanctionnant le harcèlement moral médiatisé :
respect du droit des femmes à exercer des responsabilités politiques

L’actualité électorale montre certains manquements à l’égard du droit des femmes à exercer des responsabilités politiques. La situation faite à Eva Joly et à Ségolène Royal est caractéristique du maintien d’un machisme républicain peu admissible : attaques ad hominem répétées, rumeurs et dénigrements largement médiatisés et sur la durée, qui traduisent souvent le refus des différences culturelles de genre et qui constituent autant de faits de harcèlement moral. Ces phénomènes de violence concernent des personnes dont les travaux et mérites sont pourtant connus de l’opinion : combat difficile de la juge Eva Joly à l’encontre de délits de corruption oligarchique en France et dans les ex-colonies, Ségolène Royal est la première femme à avoir brigué la présidence de la République, s’affrontant au candidat du néo-libéralisme autoritaire. Comme l’a dénoncé le MRAP[1], le début d’exercice de la ministre de la justice, Christiane Taubira, à l’initiative de la loi caractérisant l’esclavage comme crime contre l’humanité, a été entaché d’une cabale potentiellement nuisible.

Le machisme républicain est indissociable d’une conception autoritaire et archaïque de la vie publique : ainsi, Marine Le Pen, représentante d’une extrême-droite xénophobe et liberticide, bénéficie quant à elle d’une aura médiatique disproportionnée. Ces déséquilibres concourent à l’hyper-personnalisation et à la peopolisation de la vie politique et nuisent au fonctionnement démocratique ; aux préjudices psycho-sociaux endurés par des femmes progressistes, s’ajoutent des contre-performances graves pour la communauté nationale : la cabale menée pour le retrait de la candidature d’Eva Joly est en partie à l’origine du faible score du parti qui l’avait choisie à l’élection présidentielle. Le résultat de la candidate Ségolène Royal aux législatives est également hypothéqué.

L’avènement de la gauche au pouvoir doit offrir l’opportunité de légiférer pour conforter le droit des femmes à la différence culturelle, à leur pleine expression publique et à l’exercice des responsabilités, dont les plus élevées. Serait bienvenu, suite à la programmation de la loi sur le harcèlement sexuel, un projet de loi sanctionnant les faits de harcèlement moral médiatisé à l’encontre des acteurs politiques, spécialement des femmes. Le CSA/Conseil supérieur de l’Audiovisuel doit avoir la prérogative de signaler et de sanctionner tout abus individuel ou collectif dans ce domaine et de promouvoir les principes généraux de respect de la personnalité et de la vie privée de chacun(e), d’objectivité et d’impartialité.

Martine BOUDET

[1] http://www.mrap.fr/contre-le-racisme-sous-toutes-ses-formes/lutte-contre-lextreme-droite/campagne-de-haine-raciste-contre-christiane-taubira-l2019ump-assure-la-sous-traitance-du-front-national

Sur ce site aussi : MRAP / Campagne de haine raciste contre Christiane Taubira, l’UMP assure la sous-traitance du Front national.
http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2302