Pour les dirigeants israeliens l’antisemitisme c’est comme le cholesterol – y’a du bon, y’a du mauvais…M Warschawski

lundi 5 juin 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Pour les dirigeants israeliens l’antisemitisme c’est comme le cholesterol – y’a du bon, y’a du mauvais…

par Michel Warschawski - 2017 ,

Aujourd’hui, lundi 24 avril, on commémore en Israël la journée du judéocide nazi. Je n’ai jamais compris d’ailleurs pourquoi les autorités israéliennes ont choisi une date différente de celle adoptée par les Nations Unies et célébrée a travers le monde entier, le jour anniversaire de la libération, par l’Armée Rouge, du camp d’Auschwitz-Birkenau.

Par ailleurs, je rejette depuis toujours le concept de « Shoah » et lui préfère celui de judeocide. Shoah signifie, en hébreu, catastrophe, tout comme le mot arabe Naqba d’ailleurs. Ni le judeocide nazi, ni le massacre des Arméniens ou des Tutsi ou encore l’expulsion des Arabes de Palestine ne sont des catastrophes naturelles comme peuvent l’être un tsunami ou l’irruption d’un volcan. Au contraire, il s’agit dans tous ces cas de crimes perpétués – ou laisses faire – par des êtres humains, qui en portent donc la responsabilité.

Le judéocide nazi est l’expression extrême du racisme anti-juif, l’antisémitisme. Comme toute autre forme de racisme, il doit être totalement rejette et farouchement combattu, quels qu’en soient les acteurs ou les motivations, y compris la bêtise ou l’ignorance. Ce qui n’est pas le cas du gouvernement israélien actuel et certains de ses soutiens chéris par les médias français. Pour ceux-ci, comme l’écrivait il y a quelques années mon ami Sergio Yahni, directeur actuel du Centre d’Information Alternative de Jérusalem, il en est de l’antisémitisme comme du cholestérol : il y a un mauvais cholestérol et un bon cholestérol, nécessaire pour notre équilibre biologique.

Aux yeux de Benjamin Netanyahou ou d’Avigdor Lieberman, l’antisémitisme notoire de l’entourage proche de leur copain Trump, n’est pas un vrai problème. Interroge sur les déclarations négationnistes de celui que d’aucuns considèrent comme le conseiller le plus proche du Président Etats-unien, Steve Bannon, Lieberman avait répondu par un clin d’œil complice. Imaginons un instant Barak Obama ou un de ses proches faire une déclaration négationniste : tout le lobby pro-israelien aurait été mobilise pour lancer une procédure d’empeachment !

Mais Banon, ainsi que ses comparses du Alt-right et du KKK, sont nos amis, et l’antisémitisme de nos amis est le bon antisémitisme, qui mérite tout au plus un clin d’œil de nos ministres, comme on en fait lorsqu’un gamin commet une petite bêtise… Cette tolérence envers des positionnement antisemites de personnes considerees comme « nos amis » n’est pas nouvelle : elle a été le cas avec les generaux de la dictature argentine, envers Richard Nixon ou plus recement certains dirigeants politiques d’extreme droite en Europe.

A l’oppose, tout critique de la politique israélienne sera taxe antisémitisme, voire de pro-nazisme : souvenons nous de la campagne menée entre 2001 et 2004 par les agences de propagande israéliennes et le CRIF en France contre Daniel Permet, Edgar Morin, notre copain Bob et bien d’autres progressistes irréprochables dans leur lutte anti-raciste, parce qu’ils avaient ose critiquer les massacres commis par l’armée israélienne pendant la reconquête des territoires occupes a partir de 2001 : aucun mot n’était trop fort pour les salir et leur coller a la peau cette tache infamante s’il en est. Je le sais par expérience, c’est l’accusation d’antisémite qui leur était la plus intolérable, la seule qui leur était douloureuse.

Ce jour du judeocide nazi, gardons la tête haute : nous – Daniel, Bob et son équipe, Edgar Morin, les militant/es français de la solidarité avec les Palestine dans les villes et les banlieues, et nous aussi, les anti-colonialistes israéliens – nous toutes et tous n’avons jamais failli dans notre antiracisme, quelles qu’en soient les victimes. Ce n’est pas le cas de ceux qui ferment les yeux sur les « errements » de leurs amis, uniquement parce qu’ils sont les ennemis des Musulmans.

Publie dans Sine Mensuel, Juin 2017