Pour le Conseil d’État, les traditions chrétiennes sont festives et donc supérieures à la loi de 1905 - UFAL

mercredi 16 novembre 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 8%

Pour le Conseil d’État, les traditions chrétiennes sont festives et donc supérieures à la loi de 1905 - UFAL

Dans la décision, qui vient d’être rendue publique ce 9 novembre 2016, le Conseil d’État bafoue la neutralité dans la sphère publique (1), constitutionnellement régie par le principe de laïcité, en autorisant, sous certaines conditions, les crèches de la nativité dans les édifices publics au nom des traditions chrétiennes de la France.

C’est substituer la liberté religieuse à la liberté de conscience.
C’est promouvoir une France catholique plutôt que la République française.
C’est créer plusieurs catégories de citoyens – le contraire de la citoyenneté républicaine – en prenant le risque d’aggraver les crispations identitaires et d’alimenter les communautarismes qui les cultivent.

L’UFAL a développé à plusieurs reprises les arguments qui développent cela. On peut tourner le problème dans tous les sens, une crèche de la nativité est un symbole religieux et ne doit pas être exposé dans un édifice public comme le dispose l’article 28 de la loi du 9 décembre 1905.

la suite sur
http://www.ufal.org/laicite/pour-le-conseil-detat-les-traditions-chretiennes-sont-festives-et-donc-superieures-a-la-loi-de-1905/

1) Le Conseil d’État : Installation de crèches de Noël par les personnes publiques
http://www.conseil-etat.fr/Actualites/Communiques/Installation-de-creches-de-Noel-par-les-personnes-publiques