Penser l’oligarchie, la classe dominante et le peuple-classe (suite). Christian DELARUE

mercredi 10 mars 2021
par  Amitié entre les peuples
popularité : 7%

Penser l’oligarchie, la classe dominante et le peuple-classe (suite) - CADTM.

Il y eu d’abord des intuitions en lien avec des contextes (29 mai 2005 puis Occupy Wall Street) le tout sur fond d’une histoire militante qui articulait sans trop théoriser « ordre des peuples » et « ordre des classes » (Labica). Un premier travail un peu élaboré - qui date de 2011 - a été présenté à l’AG d’ATTAC France à Rennes en 2011, suivi d’une publication dans Mouvements en juillet 2012 : Ce texte « Classe dominante et oligarchie contre peuple souverain et peuple-classe » opérait un lien théorique entre « ordre des peuples » et « ordre des classes » (distinction reprise de feu Georges Labica dans Le Grand Hornu) sous le concept de « peuple-classe » (qui est ancien y compris comme bas-peuple - hors toute référence aux juifs). Cf : http://mouvements.info/classe-dominante-et-oligarchie-contre-peuple-souverain-et-peuple-classe/

XX JPEG - 93.4 ko

La période actuelle, avec le néolibéralisme ou le capitalisme financiarisé mondial, se caractérise par l’énorme pouvoir d’une petite minorité de riches très grands possédants, minorité très haut placée en surplomb du reste de la société mondiale.

I - Les très grands possédants et le reste.

On retrouve ces grands possédants dans tous les pays, au nord comme au sud. Il n’existe aucune formation sociale (ou « pays ») sans oligarchie, sans classe économique dominante et sans « caste » politique associée. Mais c’est dans les formations sociales capitalistes sur-développées qu’ils sont les plus puissants. Mais leur domination s’exerce partout, tant en interne (dans les pays dit de la Triade) qu’en externe (tous les pays dominés par l’impérialisme).
La critique collective en acte (critique-pratique matérielle) a pu dire contre cette petite minorité de grands possédants : « nous sommes les 99% » . Le mouvement altermondialiste international, qui s’est déployé depuis plus de 20 ans maintenant, a voulu, à travers les résistances diverses, ouvrières, paysannes et populaires, tendre à construire un autre monde post-capitaliste.

La « bifurcation » vers une nouvelle alternative mondiale, vers un nouveau socialisme mondialisé, devra prendre en charge d’autres problématiques, dite de « pluri-émancipation » (Christian Delarue), car il n’y a pas que la domination économico-sociale à combattre. Il y a aussi la forte prédation contre la nature et l’environnement qui est nuisible à toute l’humanité mais qui frappe d’abord les plus pauvres. Il faut ne pas oublier aussi le patriarcat sous ses quatre formes (1), ainsi que le racisme sous plusieurs formes également (cf MRAP). Enfin, les intégrismes religieux porteurs de dogmes archaïques et autoritaires sont aussi à combattre. Hors populisme, fut-il de gauche, il importe de construire aussi un programme ou un projet politique pour articuler les diverses perspectives émancipatrices (cf pluri-émancipation). Mais c’est bien à un peuple-classe que les acteurs de mobilisation s’adressent pas aux classes dominantes, pas à un peuple-nation trop soumis à ces classes dominantes.

Le peuple-classe est depuis longtemps associé à ces 99% d’en-bas. Une nouvelle étude d’Eric Toussaint (cf 1 : « La concentration de la richesse en faveur du 1 % » - cadtm ) confirme, en reprenant un ouvrage de Thomas Picketty, que le 1% représente bien la classe sociale riche et possédante. Ce qui n’empêche pas d’admettre que ce 1% de riches est lui-même hiérarchisé horizontalement (niveaux de richesse) et verticalement (classe dominante bicéphale). D’admettre aussi que l’oligarchie hyper-riche est au sommet du 1% et dispose d’un très fort pouvoir d’intervention ploutocratique. Le peuple-classe lui, dans sa diversité de situation, est bien la très large fraction de peuple qui subit le classisme d’en-haut, soit la politique de domination de classe de l’oligarchie et de la classe dominante . Au sein de ce peuple-classe les 9% sous le 1% (dans le dernier décile) forme la fraction la plus aisée détentrice d’un patrimoine (cf Eric Toussaint - 1). Cette fraction sert souvent de classe d’appui de la classe dominante.

II - Classe dominante et rapport sociaux de domination.

Résumons l’axiome marxiste sur le sujet évoqué. « À la classe dominante s’oppose toujours une classe dominée : une classe sociale n’est pas une réalité isolable, mais l’un des termes d’un rapport social » . Il y a plusieurs rapports sociaux : capital-travail (le plus structurant) mais aussi vendeurs-clients (rapport de solvabilité), propriétaires-locataires (de logements), automobilistes-piétons et cycliste, administration-usagers, etc... plus le rapport à la nature : vie urbaine, vie rurale. Se superposent aussi les oppressions du racisme, du sexisme, de la xénophobie, etc.

Il faut rappeler que le « premier Marx » (matérialisme pré-marxiste) a d’abord théorisé « l‘activité humaine » dans son ensemble, dont l’activité économique, comme moteur matérialiste du développement des sociétés avant de théoriser plus tard l’évolution des sociétés sous l’effet des contradictions de cette activité et notamment des rapports sociaux qui la clive dans le secteur de la production surtout.

Les rapports sociaux ne sont pas des relations choisies. Les individus sont nécessairement inscrits dans des rapports sociaux, lesquels sont multiples et variables selon les sociétés et leur histoire. Il n’y a donc pas à considérer que le seul rapport social de production et d’exploitation entre détenteurs du capital et le travail. Ce dernier est certes important et structurant mais il n’est pas le seul ! Tous les individus sans propriété sur les moyens de production forment à priori une même classe sociale, (que l’on nommait jadis « ouvrière »). Aujourd’hui on peut considérer que les prolétaires sont ceux et celles qui, dans le privé ou dans le public, vendent leur force de travail (manuelle ou intellectuelle) pour vivre. Sans cela ils survivent dans le sous-prolétariat (chômage avec aides sociales). Les prolétaires forment donc une classe sociale immense mais divisée. Car d’autres facteurs interviennent.

III - Divisions du prolétariat.

Il y a plusieurs divisions au sein du salariat à prendre en compte (en laissant de côté ici discrimination raciste et sexisme...). Elles correspondent à des différentiation dans l’exploitation de la force de travail par le capital direct ou indirect : 1) travailler dans le privé et travailler dans le public en est une. 2) Il y a aussi la séparation « cols blancs » et « cols bleus », les travailleurs manuels (cols bleus) des travailleurs de bureau (cols blancs). 3) Travail précaire et travail stable avec avancement dans une carrière . 4) Travailler comme cadre supérieur ou comme simples travailleurs du rang . Cette distinction semble plus structurante, plus « distinctive » que les précédentes. Il y a la masse des travailleurs et travailleuses qui certes connaissent des régimes de travail différents mais doivent se contenter d’un salaire ou d’un traitement inférieur à 3000 euros net par mois (en France 2015-18).

L’encadrement et les personnels assimilés se distinguent des personnels de base sur trois plans : 1) le pouvoir hiérarchique avec ici un rapport social de contrainte au quotidien (qui assure la reproduction systémique du capital) 2) la rémunération des cadres au-dessus de 3000 euros net par mois, (au-dessus des rémunérations courantes du salariat de base privé ou public) 3) un certain prestige dans la fonction que ce soit dans le privé ou le public.

Mais il n’en demeure pas moins cependant que les « cadres sont des travailleurs comme les autres » . Dire cela, c’est de nos jours « aller derrière l’apparence des choses » . Evidemment plus le cadre sera en position très supérieure (conjonction des trois aspect cités) dans une organisation elle-même très hiérarchisée et plus l’idée du « cadre, travailleur comme les autres » va s’atténuer. Elle va subsister néanmoins.

Ce propos se distingue d’une « sociologie de l’exclusion » qui jadis se préoccupait exclusivement des seuls travailleurs précaires et peu payés laissant le salariat qualifié et stable « en inclusion », non problématique (relativisation des souffrances au travail), dans le système de la carrière publique ou privée. La crise et le renforcement de l’intensification du travail a marginalisé cette théorisation. Mieux, la tendance est à l’inclusion des travailleurs et travailleuses indépendantes dans le cercle du travail problématique.

IV - Autre aspect : Il n’y a pas que la production.

Il n’y a pas que le secteur de la production et ses rapports sociaux de production et ses méfaits divers : « produire pour quoi ? pour qui ? » notamment. Il y a la sphère de la circulation marchande.

La consommation marchande constitue de nos jours aussi un rapport social (face aux marchés divers) puisque certains peuvent acheter plus que le nécessaire et d’autres, insolvables, peinent à acheter ce qui est utile au bien vivre. Le logement, la santé, la communication, le tourisme, l’alimentation de qualité, dans la mesure ou ils ne sont pas « sous services publics » (avec une logique de satisfaction des besoins sociaux et de péréquation tarifaire), relèvent de marchés divers ou certains disposent de tout y compris le superfétatoire du fait de leur richesse quand d’autres n’ont pas le minimum. On comprend ici que la justice fiscale combinée aux aides sociales puissent ensemble participer de la justice sociale dans la mesure ou l’une ponctionne les très riches et l’autre redistribue aux couches sociales pauvres et modestes.

Quid du plafonnement des revenus et du patrimoine pour changer la donne et notamment supprimer le pouvoir de la suraccumulation de l’argent au sommet des grandes organisations et des sociétés ? Il faut avancer sur cette question qui ce pose du fait du néolibéralisme.

V - Quid de l’expression démocratique dans ce cadre ?

On pourrait penser que l’expression du vaste peuple-classe qui s’exprime à travers le peuple souverain des citoyens égaux débouche sur un modèle beaucoup plus égalitaire. qui prennent en compte les besoins sociaux des classes populaires les plus modestes. Il n’en n’est rien. La démocratie que nous connaissons sous le nom de « représentative » est marginale et biaisée car sous l’influence forte du capitalisme et de ses appareils d’influence idéologique . La « démocratie réellement existante » laisse partout place prépondérante aux élites néolibérales dominantes.

Il y a là, sauf erreur, une question de contre-hégémonie à débattre. Cf La gauche, le peuple et la stratégie contre-hégémonique :
https://blogs.attac.org/contre-hegemonie/democratisation/article/la-gauche-le-peuple-et-la-strategie-contre-hegemonique-christian-delarue

Christian DELARUE

NB : Texte publié par et pour le CADTM le 10 mars 2021 ICI à partir d’une version plus ancienne et moins développée publiée sur Le Grand Soir en 2018

1) La concentration de la richesse en faveur du 1 %
http://www.cadtm.org/La-concentration-de-la-richesse-en-faveur-du-1

2) Quatre formes de patriarcat en perspective historique | Le Club de Mediapart
https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/201217/quatre-formes-de-patriarcat-en-perspective-historique


Brèves

27 avril 2019 - UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo

UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo
https://www.facebook.com/groups/331158090917542/

30 mai 2010 - TravaillismExit - RTT partout en Europe !

TravaillismExit - RTT partout en Europe !
https://www.facebook.com/events/1730316523900013/