Pensée binaire : Euro-béats contre euro-sceptiques ou europhobes ! C Delarue

mardi 6 mai 2014
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

Union européenne : Deux positions seulement ?

Pensée binaire : Euro-béats contre euro-sceptiques ou europhobes !

Il est désolant d’entendre de la part des hommes politiques avertis et de femmes politiques pareillement instruites la reproduction du schéma d’affrontement simpliste à propos de l’Union européenne entre des « euroseptiques » et des « eurobéats ». Comme si les positions en présence se résumaient entre le refus de l’Europe (en soi ?) et sa pleine acceptation : « L’Europe, l’Europe, l’Europe ».

Il faut donc rappeler que la critique de l’Union européenne et de sa construction est possible et nécessaire et même urgente sans qu’il s’agisse pour autant de refuser toute perspective de construction européenne.

Aurait-on oublié les années 2004 et 2005 d’avant le non au TCE ? Il faut toujours et encore critiquer, du point de vue des peuples-classe d’Europe, la grosse faiblesse démocratique de l’UE, sa faiblesse sociale, fiscale et écologique. Il faut harmoniser dans ses trois grands secteurs. Un SMIC européen est possible. Les services publics doivent être défendus. Je ne veux pas ici entrer dans le détail mais le social européen est d’une grande misère !

L’Union européenne apparait comme étant surtout celle de l’oligarchie, des sociétés transnationales et trop peu celle des peuples-classe d’Europe. Ses insuffisances dans d’autres domaines comme la laicité, les politiques non impériales envers le sud (ou l’est), les migrations sont aussi manifestes. Il est d’une stupidité profonde d’être « eurobéat » ! Il ne faut pas prendre les gens pour des niais !

Pour autant il n’y a pas lieu de se dire « eurosceptique » sans plus d’explication. Pour ma part, et comme d’autres altermondialistes, je ne doute pas qu’une autre Europe soit possible. Il faut la construire. Elle a été construite par le marché (avec ajout tardif et minimal de l’élection), il faut la contruire par le social ; ce qui se heurte frontalement aux politiques concurrentialistes anti-sociales actuelles. Il faut aussi la démocratiser. Elle est trop - gouvernance oblige - sous l’emprise des lobbies, des grands patrons de FMN et des marchands qui soutiennent un personnel politique de droite. Moins d’oligarchie, plus de démocratie.

D’autres que moi, développent les insuffisances des mesures de transition écologique. Pour l’écologie il y a besoin d’une Europe écosocialiste ! Quasiment utopique à ce jour !

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/020414/pensee-binaire-euro-beats-contre-euro-sceptiques