Paradoxe : Les pays qui tonnent contre la « diffamation des religions » sont ceux qui oppriment le plus les minorités religieuses !

vendredi 14 septembre 2012
par  Amitié entre les peuples
popularité : 10%

Paradoxe : Les pays qui tonnent contre la « diffamation des religions » sont ceux qui oppriment le plus les minorités religieuses !

Christian DELARUE

La guerre des droits de l’homme 4/4 - YouTube
http://www.youtube.com/watch?v=yV7kFQQ1zkg&feature=related

L’oppression sexiste et homophobe est mondiale et transversale à tout pays mais l’oppression des femmes et des homosexuels y atteint des niveaux très élevés dans les pays sous emprise religieuse. La charia va très souvent contre les droits humains. C’est un combat très difficile qui est mené à l’ONU en défense des droits humains contre la charia. Dire qu’il y a plusieurs charia signifie qu’il y a plusieurs applications et c’est une complexification du problème.

On en est arrivé au plan mondial au point ou la soit disant « diffamation des religions » (blasphème) est une activité importante à mettre en œuvre tant les pays musulmans poussent à l’interdire. C’est simplement un devoir politique en défense des droits humains réels. J’ai l’occasion de le faire à l’occasion d’une affaire ou un type a brulé un Coran.

Évidemment la « diffamation des religions » ce n’est pas le mépris des croyants eux même. Il n’est effectivement pas plus tolérable de dire les « musulmans sont des chiens » que les « communistes sont des chiens » (Badiou je crois).

Il y a aussi la distinction entre les croyants qui respectent les droits humains et ceux, intégristes ou radicaux , juifs ou musulmans, qui les méprisent ouvertement et qui font l’apologie de diverses formes de violence contre les femmes (sexo-séparatisme par exemple) et contre les homosexuels.

La guerre des droits de l’homme 4/4 - YouTube
http://www.youtube.com/watch?v=yV7kFQQ1zkg&feature=related


Brèves

8 janvier 2017 - Ni kippa, ni voile, ni autre signe religieux ostensible à l’Assemblée Nationale

Ni kippa, ni voile, ni autre signe religieux ostensible à l’Assemblée Nationale