POUTINE - UKRAINE - DROIT INTERNATIONAL : Déclaration de Renée Le Mignot, présidente honoraire du Mrap :

jeudi 10 mars 2022
par  Amitié entre les peuples
popularité : 3%

POUTINE - UKRAINE - DROIT INTERNATIONAL : Déclaration de Renée Le Mignot, présidente honoraire du Mrap :

"Les sanctions économiques constituent une arme à l’encontre de la Russie, pourront elles faire reculer Poutine ? Nous espérons qu’elles le conduiront à la table des négociations car c’est la seule voie possible. Mais pour que des négociations puissent ramener la paix, Poutine doit cesser immédiatement les bombardements.

Un élément essentiel pour retrouver la paix est le respect du droit international, incarné depuis 1945 par l’ONU et sa Charte dont nous avons trop tendance à oublier le préambule « nous, peuples des Nations Unies, résolus à préserver les générations futures du fléau de la guerre... » Le principe pour éviter la multiplication des conflits à travers le monde est le respect des États dans des frontières reconnues internationalement.

Aujourd’hui, Poutine brandit la menace nucléaire, c’est l’avenir de l’humanité qui est en jeu ; souvenons nous d’Albert Einstein : « Je ne sais pas de quoi sera fait la 3e guerre mondiale, mais ce que je sais c’est que la 4e sera faite de pierres et de bâtons ». N’attendons pas d’être revenu à l’âge de pierre pour interdire l’arme nucléaire ! La lutte pour le désarmement est plus que jamais d’actualité, mobilisons nous pour que tous les États, dont la France, signent le traité sur l’interdiction de l’arme nucléaire (le TIAN). 67 % des français y sont favorables. L’ONU va accueillir en juillet 2022 à Vienne la première réunion des États Parties au traité avec notamment des partenaires européens comme l’Allemagne, l’Autriche, la Finlande, l’Irlande, Malte, la Norvège, la Suisse, la Suède… ; certains prenant part à ce processus en qualité d’observateur. La France doit y participer.

Une des raisons qui ont poussé Poutine à cette agression est la crainte de voir l’Ukraine intégrer l’OTAN ; c’est en effet le souhait des États Unis . Ils ont abordé cette question depuis 2008 à Bucarest (la France, l’Allemagne avec raison, avaient dit non). L’histoire de ces 20 dernières années l’a prouvé, l’OTAN est une menace pour la paix, le MRAP demande sa dissolution et en attendant le retrait de la France. On ne gagne pas la paix en préparant la guerre.

Enfin nous devons affirmer notre solidarité avec les pacifistes russes qui manifestent avec courage contre la guerre, plusieurs milliers d’entre eux ont été arrêtés notamment à Moscou et Saint-Pétersbourg ; ils sont en danger."