« Non au philosémitisme d’État » : un slogan indigne !

mercredi 8 novembre 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 7%

En réaction aux propos sur le « philosémitisme d’État » du Parti des Indigènes de la République, le Bureau exécutif du MRAP publiait le 7 avril 2015 le texte ci-dessous. Au moment où la députée Danièle Obono dit défendre sa « camarade » Houria Bouteldja, porte-parole du PIR, le MRAP rappelle que les thèses qui prétendent à l’existence d’un philosémitisme d’État » dénaturent le combat antiraciste en l’inscrivant dans la concurrence des victimes et alimentent l’antisémitisme.

« Non au philosémitisme d’État » : un slogan indigne !

Déclaration du Bureau Exécutif du MRAP ---- Dans la manifestation contre le racisme qui s’est déroulée à Paris le 21 mars, un slogan est apparu « non au philosémitisme d’État ». Il dénature le combat antiraciste en l’inscrivant dans la concurrence des victimes.

Ce slogan figurant dans l’en-tête d’un tract reproduit sur le site du PIR (Parti des « Indigènes de la République ») établit une insupportable hiérarchisation des indignations selon que les victimes soient musulmanes ou juives.Le MRAP déplore les insuffisantes mobilisations des représentants de l’’Etat quand surviennent des actes anti-musulmans, anti-roms, anti-arabes, mais ne saurait tolérer une campagne indigne contre un « philosémitisme » supposé.

Le MRAP déplore la politique pro-israélienne de la France, mais il est inacceptable de passer ainsi d’une politique pro-isralienne à la notion à connotation antisémite d’État français pro-juif.

Ce slogan désigne les juifs comme les privilégiés de la République. Il alimente la thèse antisémite d’une mainmise de leur part sur l’appareil d’État et s’inscrit dans les fantasmes complotistes de Dieudonné, entre autres. A propos de l’humoriste antisémite, ce même parti politique écrit d’ailleurs ceci : « ce que voient les indigènes, c’est ça. Un homme debout. On a trop été contraints à dire « Oui Bwana, oui Bwana ». Quand Dieudonné se lève, il guérit une blessure identitaire.

Sur son site, le PIR entretient insidieusement la thèse d’un antisémitisme traditionnel d’extrême-droite et d’un antisémitisme réactionnel qui serait dû aux privilèges dont bénéficient les juifs dans le traitement du racisme.

Les juifs deviennent alors les premiers responsables « de l’hostilité de la part des sujets post-coloniaux » à leur égard, car ils sont les « goumiers » de l’Occident « rendus complices de ses crimes comme à Gaza ».

Afin de mieux préciser encore la fonction des « goumiers », troupes supplétives indigènes au service de l’armée coloniale et là où le MRAP voit avant tout des « oubliés de l’histoire », le PIR rapporte que les goumiers africains (« sénégalais » précise-t-il), furent des « sauvages », des violeurs, des massacreurs de populations arabes et en conclut « le parallèle avec les Juifs est édifiant. Les Juifs sont les boucliers, les tirailleurs de la politique impérialiste française et de sa politique islamophobe »

Survenant quelques semaines après le massacre de « juifs » dans l’épicerie Casher, trois ans après l’exécution d’enfants dans l’école juive de Toulouse, ces théories sur le « philosémitisme » indignent ceux se réclament de la lutte contre tous les racismes.

La lutte antiraciste ne peut s’accompagner de cette indécente hiérarchisation et opposition entre les victimes du racisme, ni de cette assignation des juifs au statut de « goumier »

Les actes islamophobes, les actes antisémites, la stigmatisation permanente des Roms, les discriminations qui perdurent et détruisent le tissu social, imposent plus que jamais une lutte contre tous les racismes qu’ils émanent ou non des institutions.

Pour le MRAP, il nous paraît ainsi essentiel de comprendre les ressorts inhérents à chaque forme de racisme, sans en oublier ou minimiser un seul, pour mieux le combattre.

La lutte pour l’égalité des droits des minorités est essentielle, et elle doit être doublée par un travail constant de déconstruction des préjugés individuels tant par la culture que par l’éducation populaire.

Paris, le 7 avril 2015.

— 
Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples
43 Boulevard Magenta - 75010 Paris
01.53.38.99.82