Musulman(e) d’apparence, musulman(e) de qualité !

jeudi 31 mars 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

Musulman(e) d’apparence, musulman(e) de « qualité » !

Essai de compréhension d’une distinction

En fait, il ’agit de savoir « qui en parle ? », « d’ou vient le propos ? »

I - D’une part, le propos en extériorité, de celui qui voit.

- L’homme politique français qui critique la trop grande visibilité de la religion de certaines musulmanes ostensiblement voilées,

- Celui qui est juste gêne par l’ostensibilite religieuse (par effet de la sociabilité issue d’un contexte secularise),

- Celui qui constate la présence de ces musulmans d’apparence et qui parle ainsi spontanément (sans vouloir critiquer, stigmatiser),

Il y a donc plusieurs sens à découvrir selon le contexte.

II - D’autre part, le propos de l’intérieur de la religion.

A) Celui venant des imams et autres intervenants de cette religion.

Pluralité de positions à souligner

- L’imam, plus soucieux de spiritualité, qui voudrait plus de gestes (peu visibles) et moins d’apparence (bien visible). Il demande une foi plus en témoignage humble que de l’étiquette affichée,

- Le leader politique musulman qui instrumentalise la religion à des fins communautaires politiques et qui se préoccupe peu de la sincérité des attitudes mais plus des tactiques, et « l’art de la duperie » (double langage) est ici important pour l’islamisation du monde,

- L’imam intégriste surtout préoccupé par les moeurs et la situation des femmes et ce dans un sens très sexoseparatiste,

B) - Celui venant des personnes elles-mêmes.

- La musulman(e) qui veut pouvoir s’habiller comme bon lui semble sans que cela préjuge de quoi que ce soit de sa relation à Dieu et aux humains.

En vérité, on peut être nu (ou presque) et personne « de qualité » (qui tient compte d’autrui notamment) et très couvert et être aussi de qualité,... ou pas ! Et la « qualité » semble être évolutive dans le temps pour une même personne.

Christian Delarue