Mme Djemila Benhabib a critiqué la misogynie et le sexisme d’une école intégriste musulmane - Elle est poursuivie !

dimanche 17 avril 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Mme Djemila Benhabib a critiqué la misogynie et le sexisme d’une école intégriste musulmane - Elle est poursuivie !

La critique est la suivante « Les sourates imposées aux enfants, et ce, dès les premières années de l’école primaire, ont un caractère extrêmement violent, et ont un caractère misogyne et sexiste […] parmi tous ces versets coraniques, bon, il y en a qui sont extrêmement haineux à l’égard des non-croyants et on en trouve un qui se trouve également sur le site et qui est enseigné aux enfants ». Il va certes falloir prouver cela.

Pour nous qui, d’une part, défendons les musulmans contre le racisme, et, d’autre part, luttons aussi contre le fascisme ou des formes différentes mais proches (autoritarisme fort, virilisme, patriarcat valorisé, infériorisation des femmes, sexoséparatisme, etc) il est hors de question d’accepter sa forme intégriste, que ce soit au Qubec ou en France ou en Belgique (pour s’en tenir aux pays de langue française ici) ou ailleurs. Notre combat est ferme et résolu.

Rappelons aussi que l’intégrisme musulman est fluide, mondialisé et trans-courants historiques connus. En ce sens, il ne se limite certainement pas au salafisme ou au wahabbisme. Il ne se limite pas plus à l’espace géo-culturel arabe (cf Kamel Daoud) même si il y sévit plus fortement.

Pour nous Il n’y a pas de « problème musulman » mais il y a certainement un « problème de l’intégrisme musulman » (et pas que de lui d’ailleurs).

La « question sociale » (chômage, bas salaires, précarité, etc) est réelle (cf « Nuit debout » en France contre la « loi travail ») et elle fait beaucoup de victimes de « l’intégrisme du profit » (abus du terme intégrisme ici ) mais elle ne s’oppose pas à la « question sociétale », car elles se complètent. Elles sont à résoudre contre le capitalisme financiarisé et contre le patriarcat autoritaire

Le multiculturalisme - ou la défense de la diversité culturelle - ne saurait être l’alibi de cette régression des droits humains. Et si le multiculturel au plan « textile » autorise l’hyper-textile (le voile et la jupe longue) alors l’hypo-textile devrait aussi être autorisé par application du principe de « réciprocité textile ». On en viendrait, via cette réciprocité culturelle, à la réelle « diversité textile » des apparences humaines librement choisies ou naturelles (couleur de peau ) mais pas imposées, apparences pleinement acceptées et reconnues - pour les femmes et les hommes partout - et à la valorisation de la similitude humaine, et donc de notre dignité humaine fondamentale, source de respect humain. Ce couple « dignite-respect » est devant nous pour une minorité ! C’est pourtant bien là un « universel universalisable » !

Christian DELARUE

Djemila Benhabib poursuivie par une école musulmane | Le Devoir
http://www.ledevoir.com/societe/education/378577/djemila-benhabib-poursuivie-par-une-ecole-musulmane

Djemila Benhabib : un procès idéologique et politique - Djemila Benhabib

http://djemilabenhabib.com/djemila-benhabib-un-proces-ideologique-et-politique