M Alliot, le sécularisme, c’est pour tous ou pour personne. C Delarue

samedi 5 juillet 2014
par  Amitié entre les peuples
popularité : 12%

M Alliot, le sécularisme, c’est pour tous ou pour personne.

04 JUILLET 2014 | par Christian DELARUE

« Louis Aliot, le vice-président du FN, a revêtu l’habit de pénitent vendredi 18 avril pour défiler dans les rues de Perpignan pour la procession de la Sanch aux côtés de 700 autres croyants. »

Il faut dire à Monsieur Louis Aliot, le vice président du Front national, qui a défilé en habit de pénitent à Perpignan, que la défense du sécularisme (ou de la neutralité des croyances par symbole ou autre matérialisation) dans l’espace public, en milieu ouvert, donc dans sa version maximale, c’est pour toutes les religions ou pour aucune. Pas de discrimination possible ! Si les prières de rue étaient il y a peu au nord de Paris à interdire aux musulmans - thème de l’extrême-droite et plus - elles doivent l’être aux autres religions. Ou alors il faut expliquer au nom de quoi on fait exception ! Car il y a toujours en droit des atténuations et des exceptions à un principe.

Mais il y a une autre position à défendre que ce sécularisme maximal : Il existe en effet un sécularisme restreint (1) qui pose une neutralité de vivre ensemble pour les lieux contraints comme le travail ou l’exhibitionnisme religieux fait problème. Et il fait problème pour toutes les religions : kippa, voile ou autre étendarts de religion à imposer à autrui 35 heures par semaine. Là il peut être préconisé, à l’image de la philosophie de la loi de mars 2004 pour l’école, un passage aux signes discrets de religion qui permet de conserver une expression sobre et discrète de la religion qui facilite beaucoup plus le dialogue interculturel. Sortir les étendarts de sa religion incite au contraire au multiculturalisme et aux divers replis identitaires, chacun sur sa « culture » religieuse, bien stéréotypèe. Ce multiculturalisme s’apparente à une culture d’affrontements idéologico-culturels ou de conquêtes culturelles du terrain de la société civile par « en-bas », soit des luttes "gramsciennes’

Monsieur Alliot, même si ce genre de manifestation réactionnaire indispose aussi et très nettement les progessistes car il s’agit d’un contre-mouvement social, il faut néanmoins les tolérer, du moins dans une certaine mesure, si l’on veut établir un régime de libertés (au pluriel) en France.

Christian Delarue

NB : La sécularisation renvoie au mouvement réel et historique (factuel), au sein d’une sociétée donnée, du fort recul de l’emprise des religions partout alors que le sécularisme est, lui, de l’ordre de l’idéologie consciente ou de la théorie, de l’argumentaire en défense de la sécularisation face au « retour du religieux »

cf . Les deux sécularismes : l’un offensif et étendu, l’autre circonscrit et défensif.

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/260513/les-deux-secularismes