Les intégrismes religieux contre les libertés et l’égalité hommes - femmes.

dimanche 21 juin 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 8%

Les intégrismes religieux contre les libertés et l’égalité hommes - femmes.

Séminaire ATTAC du dimanche 21 juin 2015.
http://amitie-entre-les-peuples.org/Seminaire-ATTAC-du-dimanche-21

C’est comme altermondialiste mais plus encore comme antiraciste que je m’intéresse à l’intégrisme. Il s’agit d’un refus qui porte contre celles et ceux qui mettent tous les croyant(e)s d’un religion dans un même sac communautaire, soit pour la stigmatisation (Riposte laïque) soit au contraire pour les protéger tous, y compris les intégristes, de la critique et de pratiques spécifiques contre eux.

Le mouvement altermondialiste n’est pas que contre les paradis fiscaux, la prédation bancaire et financière contre les peuples-classe, il est aussi fort d’une dimension antisexiste et antiraciste. C’est à propos de ces deux aspects qu’il importe d’étudier et de combattre l’intégrisme et les intégrismes religieux.

Cette intervention ne porte pas sur les autres formes d’intégrisme, les autres formes d’excès. Intégrisme laicard par exemple. Je concentre mon propos contre l’intégrisme religieux. Le catholicisme n’est pas la seule religion a disposer d’un courant intégriste.

Mon hypothèse est que l’intégrisme religieux n’est pas la religion, c’est un excès autoritaire ou réactionnaire de la religion en matière de moeurs, de sexualité, d’obligations faites aux femmes notamment, qui ne va pas jusqu’au terrorisme ou la violence ouverte. Là on passe à un niveau supérieur de violence de la religion qui est plitico-militaire (et hors sujet ici).

J’ai proposé il y a peu (lors du débat sur le meeting anti-islamophobie ) au Conseil scientifique d’ATTAC et notamment au groupe « Cultures et société » dont je fais parti, que l’on analyse l’intégrisme religieux et à la suite les intégrismes religieux.

INTEGRISME DES RELIGIONS : PROPOSITION AU Conseil Scientifique d’ATTAC
http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/010515/integrisme-des-religions-proposition-au-conseil-scientifique-d-attac

La tendance dominante semble négliger cette question. Elle suppose il est vrai de coordonner des recherches sur diverses religions. Mais sans doute suppose-t-elle aussi et surtout de se mettre d’accord sur quelques hypothèses de bases, quelques questions et définitions.

Un texte religieux donne lieux à plusieurs lectures. C’est un truisme de le dire. Ce n’est d’ailleurs pas propre aux textes religieux. Le militant laïque n’a pas à juger de la qualité ou pertinence des lectures qu’ils distinguent. Il en prend acte. Le militant laïque ne s’attache pas vraiment à l’interprétation (sauf pour sa culture personnelle) mais à la pratique, ie ce que les croyant(e)s font de cette interprétation à savoir les discours, les attitudes, les comportements. D’ou le terme intégriste différent des autres modes d’affirmation de sa croyance.

Le christianisme, le judaisme et l’islam - mais d’autres religions aussi - sont traversés par plusieurs courants en fonction de ce qu’ils acceptent (ou non) de la modernité, de son souci de liberté et d’égalité entre individus de sexe différents. La modernité ne vise pas ici les aspects économico-sociaux ou plus nettement encore le capitalisme proprement dit - critiqué par exemple par la théologie de la libération - mais d’une part la démocratie et la laïcité et d’autre part le « sociétal », la culture, des moeurs ou la liberté et l’égalité sont de principe (et pas la complémentarité, la hiérarchie et l’inégalité). L’intégrisme religieux impose un ordre moral dans le champs dit « sociétal » mais il peut aussi aller plus loin. Ce qui oblige à des distinctions.

Concernant l’islam, on trouve plusieurs courants : un courant progressiste, dit parfois « modéré » ou « tolérant » voire « d’émancipation », qui est favorable à la démocratie, à la sécularisation, la liberté et l’égalité des femmes et ne stigmatise pas l’homosexualité pas plus que la séduction, un autre courant dit fondamentaliste, avec des sous-courants, se montre via l’action politique - qui peut être militaire et terroriste (sous-courant ici) - contre la démocratie et la laïcité et développe une haine des mécréants et des homosexuels ainsi que des femmes qu’ils ne conçoivent que cachées et sans aucune séduction d’ou une politique répressive de type sexoséparatiste plus ou moins intense (« hard » = réclusion à la maison et sorties accompagnées du frère ou du mari, « soft » = sortie libre mais en hypertextile c’est à dire voilée avec habits larges et longs et contrôlés tout le temps), un troisième courant, « gramscien », n’agit que dans la société civile par l’action « culturelle » sexoséparatiste et par la ré-islamisation des mondes musulmans (dans ou hors les pays musulmans) et ce sans se préoccuper d’une action politique ou d’un prise de contrôle du pouvoir. On trouve ce type d’intégrisme agissant en Europe. Il manifestait en France avec la droite catholique contre le mariage des homosexuels.

Christian DELARUE