Le vrai visage de Trump : raciste et xénophobe - MRAP

jeudi 2 février 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 18%

Le vrai visage de Trump : raciste et xénophobe

Dès l’annonce de l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, le MRAP a manifesté ses plus vives inquiétudes. Il n’aura pas fallu attendre longtemps, hélas, pour que ses craintes soient confirmées.

Le décret signé vendredi 27 janvier interdit l’entrée aux Etats-Unis de tous les réfugiés, quelle que soit leur origine, pendant 120 jours (et de façon indéfinie pour les réfugiés syriens). Il l’interdit aussi pendant 90 jours à tous les ressortissants de sept pays à majorité musulmane considérés comme des « viviers terroristes » par Washington : Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen.

« La discrimination fondée sur la nationalité est interdite par les droits de l’Homme » a déclaré Zeid Ra’ad Al Hussein, le Haut-Commissaire de l’ONU aux Droits de l’Homme.

Cela n’empêche pas le Front National de considérer ce décret comme devant inspirer la politique imposée par Marine Le Pen si elle devenait présidente de la République.

Pourtant un peu partout aux Etats-Unis et dans le monde, des milliers de personnes manifestent et expriment leur indignation face à ce décret de la honte. Le MRAP salue cette mobilisation.

De nombreuses personnalités des Etats-Unis et chefs d’Etat du monde entier ont dénoncé ce décret, notamment l’ancien Président Obama qui a condamné « toute discrimination fondée sur la croyance ou la religion ».
La juge fédérale de Brooklyn, Ann Donnelly, qui avait été saisie par plusieurs associations de défense des droits de l’homme, a ordonné aux autorités américaines de ne procéder à aucune expulsion de ressortissants des sept pays musulmans concernés.

Les drames personnels, les situations absurdes et le chaos mondial provoqué montrent à quel point il est vain de vouloir limiter une circulation des hommes devenue qui a toujours constitué un élément structurel du monde.

Le MRAP ne cesse de répéter que la lutte contre le terrorisme ne peut se gagner ni par la guerre, ni par le poison de la haine et du racisme mais par la construction d’un monde plus juste. Ce n’est pas ce chemin de la raison qu’emprunte Trump.

Paris, le 1er février 2017

Retrouvez cet article sur le site du MRAP