Le sexoséparatisme officiel des prêtres et des nonnes

dimanche 11 décembre 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

Le sexoséparatisme officiel des prêtres et des nonnes

Il y a un ensemble de « sublimation-répressive » (Marcuse et JB Brohm) à l’oeuvre. On abordera essentiellement deux aspects qui se complètent tout en étant différent à savoir le refus de l’ordination des femmes par l’Église catholique (et d’autres) et l’obligation de célibat des prêtres et des nonnes. S’y ajoute le voeu de chasteté.

1 - Exclusion des femmes de la prêtrise.

Il n’y a que les prêtres à pouvoir être ordonné prêtre et pas les femmes, et ce malgré la montée en puissance depuis plus de 40 ans d’un mouvement interne en faveur de l’égalité.

Pourquoi ? Ce ne serait pas le droit canon le principal obstacle mais un principe fondamental. Lequel ? Sur wikipedia on trouve ceci : « La mise en question la plus radicale des positions de l’Église catholique sur l’ordination des femmes porte sur la conception de la différence des sexes elle-même. L’Église est en effet attachée à l’idée de complémentarité. » Attachée, c’est peu de le dire ! La notion de complémentarité que l’on retrouve dans d’autres religion sert à maintenir le statut quo conservateur, voire franchement réactionnaire. Contre ce sexoséparatisme fondé sur la complémentarité, les forces progressistes au sein de l’Eglise catholique pousse vers l’égalité homme - femme ici comme ailleurs.

2- Obligation de célibat

On notera aussi que les prêtres vivent dans le célibat tout comme les nonnes qui elles vivent pour certaines en éloignement de la société. Ce célibat imposé aux prêtres qui l’acceptent n’empêche pas chez certains la pratique cachée des rapports sexuels occasionnels (ou durables), tant il apparait normal d’avoir des relations sexuelles à l’âge adulte voire bien avant. On pourrait donc admettre les curés en couple, les curés mariés. Ce n’est pas pour demain.

On notera que le sexoséparatisme au sein de l’Eglise catholique - pour se résumer à elle - ne concerne que les prêtres et les bonnes soeurs. Il est donc très CIRCONSCRIT car le dogme ne vise pas le simple croyant.

On notera aussi le double aspect du sexoséparatisme pour les femmes surtout : Les bonnes soeurs vivent souvent écluses en couvent et souvent sous hypertextile. Ce n’est pas un principe rigide. On trouve des moines vivant reclus et sous hypertextile aussi ;

Christian Delarue


Brèves

30 août 2016 - Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes

Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes - (...)

26 janvier 2016 - Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles

Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles et la solidarité (...)