Le peuple, Laurent Bouvet et Benoit Schneckenburger. C Delarue

jeudi 22 mars 2012
par  Amitié entre les peuples
popularité : 2%

Discussion sur le peuple.

Le peuple, Laurent Bouvet et Benoit Schneckenburger

Défendre, à gauche, le peuple et la démocratie avec Laurent Bouvet et Benoit Schneckenburger

Texte écrit avant les élections présidentielles du printemps 2012.

Le dernier ouvrage de Laurent Bouvet, « Le sens du peuple. La gauche, la démocratie, le populisme » (Gallimard) veut renouer avec le peuple sans pour autant tomber dans un populisme démagogique. C’est ce que nous dit un récent interview de l’auteur (1) sur lequel je prends appui. Laurent Bouvet ne prend donc pas explicitement en charge comme Benoit Schneckenburger (2) un bon populisme contre un mauvais (3) bien qu’il fasse cette différence. Par contre, moins politicien que le philosophe du Parti de gauche, il sait user des différentes catégories de peuple - peuple démocratique, peuple national, peuple social - pour mener à bien sa critique du populisme. Tous les analystes sérieux du populisme ont remarqué l’usage ambigu du mot peuple du fait de la polysémie du terme.

L’objectif de son nouveau groupe « Gauche populaire » est de fédérer un groupe aux origines de gauche diverses et de diffuser des idées en rupture avec l’idéologie dominante au PS, qui, dit-il, « défend des positions libérales sur le plan économique et multiculturaliste sur le plan culturel ». Le nom du groupe a été choisi en référence au titre d’un livre collectif auquel les chercheurs de la gauche populaire ont participé, « Plaidoyer pour une gauche populaire  » (Editions Au Bord de l’Eau, 2011). Pour lui et son groupe de pensée, « le candidat socialiste, François Hollande, devra au printemps prochain reconquérir les couches populaires et moyennes ». (nb les couches moyennes ne sont pas populaires !!!) Pour l’heure, et malgré les efforts ce n’est pas gagné, notamment du fait de l’influence de Terra Nova qui « renvoie immanquablement l’électorat populaire (entendez les couches modestes) dans le camp de la droite ». Cette opposition à Terra Nova est partagée par les intellectuels du Front de gauche. Les divergences existent ailleurs, dans les détails qui ont aussi leur importance.

Mais l’enjeu est bien de produire les éléments d’un « un socialisme populaire », d’un socialisme pour le peuple-classe. Cette nouvelle école de penser à gauche tente « de réfléchir à une unité sociale contemporaine qui réinvestisse les notions de société, de peuple et de République ». Il y a sans doute, malgré les divergences, des passerelles de discussions théoriques et politiques entre le Front de gauche et ce groupe proche du PS mais critique de ce même PS.

Dans ces discussions, il m’arrive assez rarement, d’oublier d’évoquer les migrant(e)s résidents en France, ceux et celles des couches modestes et moyennes et même le cas échéant, en plus les résidents des petites-bourgeoisies.

Christian DELARUE

1) Laurent Bouvet, à la gauche du peuple - Les influences : des idées et des hommes

http://www.lesinfluences.fr/Laurent-Bouvet-a-la-gauche-du.html

2) Note sur Populisme : le fantasme des élites de Benoit Schneckenburger

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2218

3) Le populisme c’est comme le cholestérol, il y a le bon et le mauvais.

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2216