Le jour ou je pourrais aller nu ou presque à la fac de Marseille. C Delarue

dimanche 25 août 2013
par  Amitié entre les peuples
popularité : 9%

LE JOUR OU JE POURRAIS ALLER NU OU PRESQUE NU A LA FAC DE MARSEILLE...

http://association.pour-politis.org/space/autre-monde/content/_08B1E605-41E3-4CC6-8A7E-50AB56C35DF4

Le jour ou je pourrais aller nu ou presque à la fac de Marseille je me battrais pour que les burqaphiles ou autres pro-voiles puissent y aller aussi. En attandant je ne suis pas pour une loi interdictive mais je ne suis pas non plus pour les défendre . Certainement pas.

Mais cette position n’autorise pas non plus, des agressions comme à Trappes. Il faut promouvoir la non violence et le respect inter-humains sans distinction de classes sociales, de sexe ou d’origines religieuses, ethniques ou nationales. Cela vaut pour les hyper-textiles mais aussi les non textiles ou peu textiles (nudistes ou femmes sexy). Or là la réciprocité est faible.

I - Le pendant du sexoséparatisme : le dénigrement, l’insulte ou l’injure sexiste contre les femmes legèrement vêtues.

Question réciprocité, qui ne sait que l’immense majorité des pro-voiles, filles ou garçons, femmes ou hommes, sont très critiques des faiblement textiles. C’est peu de le dire ainsi, car cela va jusqu’à l’injure ou l’insulte, plus ou moins euphémisé parfois : « tu vas compléter ton salaire ce soir », etc...

Et ce sexisme ne s’arrête pas là partout ou l’islam est bien implanté. Il devient alors collectif (communautaire) et religieux (intégrisme musulman mais aussi juif haredim) et se met à prescrire autoritairement un système sexoséparatif qui ne se limite pas à la façon couverte de s’habiller. A un certain niveau de pratiques imposées et relativement acceptées, on passe d’un patriarcat à dominante marchande-publicitaire à un patriarcat à dominante très autoritaire (1).

Autre chose au plan politique : Il ne faut surtout pas revenir sur deux lois françaises qui brident l’emprise des intégristes : d’une part la loi interdisant la burqa et d’autre part celle de mars 2004 interdisant les signes religieux ostensibles à l’école. Ce serait immédiatement interprété comme un signe d’ouverture pour les intégristes musulmans présents sur le territoire national . Ils ne manqueraient pas d’intensifier plus encore leurs influences et actions de conquêtes dans les quartiers afin d’imposer autoritairement le sexoséparatisme.

2) Relativisme culturel (1) pas « reconnaissance des identités ».

Au plan de la réciprocité des libertés en la matière, le relativisme culturel signifie qu’on peut pouvoir mettre une mini-jupe « quand on veut et comme on veut » pour reprendre la formule répétée de certaines féministes. Ce qui signifie qu’on peut l’enlever comme on peut la mettre. Le voile islamique pareillement sinon il n’y a plus relativisme culturel.

Dans les pays ou on peut appliquer le relativisme culturel on peut se déplacer aussi bien en tenue hyper-sexy qu’en tenue hyper-textile. On peut ne pas être conforme au style dominant ou majoritaire. La condition d’un tel relativisme est une montée du niveau de courtoisie et d’éthique relationnelle qui élimine à minima les injures et insultes. Reste le regard qui parfois peut être désirant ou libinal (ils disent concupiscent) mais qui doit aussi s’autolimiter. Ne pas se retourner pour « matter » est une chose que l’on peut dire à ses garçons par exemple ! C’est autre chose que d’interdire les hommes d’accès des piscines mixtes, comme le voudrait Tariq Ramadan !

3) Laicité, tolérance et statut de la « différence ».

Sur les différences, il faut souligner qu’elles ne doivent nullement être posées comme liées fixement à une culture. Respect des différences ne signifie pas politique de valorisation des identités ethniques, culturelles et religieuses. Dans droit à la différence, c’est le droit qui compte pas les différences. Au-delà des différences c’est le semblable qui importe et, en l’espèce, on reste et on doit rester aux yeux de tous, un être humain que l’on soit sexy ou non , hyper-voilée ou non ! L’apparence de la différence marque la diversité humaine mais c’est l’humain qui est toujours ce qui importe. C’est ce que j’ai nommé « théorie du double regard ».

Hors du droit, du moins au plan méta-juridique, la différence entre une « société laïque » et une « société tolérante » est que la première pose un espace neutre ou l’individu n’est pas figé dans une identité, une origine ethnique, sociale ou religieuse. Il peut changer, évoluer car l’humanité est diverse. Il a le droit de changer. Il n’est pas coincé dans un registre imposé.

L’identité est en ce sens affaire privée, même SI une identité « déborde » toujours en quelque sorte, puisque l’individu est un être foncièrement social, inscrit dans des rapports sociaux. Affaire privée, ne veut pas dire que les religions n’interviennent pas en public dans la société civile. Ce droit d’intervention est reconnu juridiquement.

Il y a donc droit à la différence sous de multiples formes dirait-on . Le problème est que la tolérance veut faire cohabiter des identités qu’elle veut reconnaître et valoriser (alors qu’elles s’opposent souvent entre elles) alors que la laicité veut voir elle des individus égaux et estime que dans « droit à la différence » c’est le droit qui compte mais pas la différence. Je me souviens d’ailleurs que P Tévanian répétait cela contre Taguieff ! Les différences existent mais n’ont pas pas être valorisées. Il ne faut pas les figer.

Christian DELARUE

NB / La loi de 1905 a déjà été modifiée huit fois, ce qui modifiait la définition de la laicité.

NB Le sexoséparatisme réactionnaire et autoritaire n’est pas que d’origine religieuse, il peut provenir d’une volonté athée d’imposer la pudeur et la honte de son corps à autrui, à une femme surtout. Mais les intégristes religieux vont plus loin : ils systèmatisent et radicalisnt en les cachant d’autorité !

1) Voile et string : relativisme culturel !

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/120713/voile-et-string-relativisme-culturel

2) Deux types de patriarcat en action.

Lutter contre le patriarcat implique de lutter contre ses deux formes en présence. Pas que contre le patriarcat dominant au nord. Il y a, me semble-il, deux luttes à mener frontalement.

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article3591

URL de ce texte :

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article3594


Brèves

1er avril - https://www.facebook.com/amitieentrelespeuples...

https://www.facebook.com/amitieentrelespeuples/?__tn__=kC-R&eid=ARAlE0j62Ov1p020U6t2MdIVfzLy (...)

30 août 2016 - Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes

Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes - (...)

26 janvier 2016 - QUESTION TEXTILE : NOTIONS ESSENTIELLES

QUESTION TEXTILE : NOTIONS ESSENTIELLES
http://amitie-entre-les-peuples.org/Question-textile-etat-d