Le décolonial « bulldozer » et le décolonial critique de l’intégrisme religieux. C Delarue

vendredi 22 juillet 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 7%

Le décolonial « bulldozer » et le décolonial critique de l’intégrisme religieux.

Dans cette distinction, je me réfère à un texte critique du PIR de Philippe Corcuff publié sur Mediapart (en libre accès) qui parle de postcolonial bulldozer. Voici l’extrait de ce texte :

Le décolonial, écrit Philippe Corcuff, se présente comme une boussole globale imparfaite (comme tout outillage théorique ), mais une boussole utile dans les dédales du réel, en offrant par ailleurs des prises pour une action émancipatrice. Parler d’oppression postcoloniale, c’est associer une série d’inégalités, de discriminations et de contraintes structurelles affectant l’immigration postcoloniale dans les sociétés comme la France, en faisant la double hypothèse d’éléments de continuité historique entre les colonisations européennes et les processus actuels, mais aussi d’analogies entre les deux périodes, et donc à la fois des proximités et des différences. Cependant, quand le postcolonial prétend absorber toute l’intelligibilité, comme on le verra par la suite, la boussole se transforme en bulldozer aplatissant les rugosités et les contradictions du réel comme les résistances telles qu’elles émergent concrètement.

Indigènes de la République, pluralité des dominations et convergences des mouvements sociaux - En partant de textes de Houria Bouteldja et de quelques autres - Médiapart - https://blogs.mediapart.fr/philippe-corcuff/blog/100715/indigenes-de-la-republique-et-convergences-des-mouvements-sociaux#_ftn38

Au sein du paradigme « postcolonial », un certain « décolonial » empêche a prise en compte de l’intégrisme sexoséparatiste mais ce n’est pas tout « décolonial ». Un certain « décolonial » permet lui cette opposition . Et de fait, on a bien des musulman-e-s qui sont critiques de l’intégrisme musulman tout en fustigeant l’islamophobie qui frappe les musulman-e-s.

On nomme « gauche régressive », celle qui refuse la critique - et donc la solidarité émancipatrice avec les « racisées » critiques - des intégrismes religieux. La « gauche régressive » refuse (comme certaines musulmanes voilées) la critique de l’autoritarisme sexoséparatiste des intégristes musulmans surtout (le plus mondialisé) et des juifs haredim, qui eux aussi veulent laisser les femmes à la maison (volet réclusion du sexoséparatisme) et lorsqu’elles sortent ils veulent qu’elles soient voilées et en jupe ultra-longue, en hypertextile (volet imposition hypertextile du sexoséparatisme).

Cet intégrisme sexoséparatiste et totalitaire et sexiste, particulièrement haineux des femmes sauf celles invisibilisèes sous hypertextile. Il est inacceptable même s’il n’est évidemment pas à confondre et amalgamer avec les terroristes musulmans.

Christian DELARUE

Antiraciste altermondialiste pro-liberté, égalité, laïcité, défenseur de la diversité textile, hypotextile et hypertextile mais sans intégrisme religieux.