Le besoin de construire une islamité face à l’intégration par des leaders musulmans.

mercredi 14 octobre 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Le besoin de construire une islamité face à l’intégration par des leaders musulmans.

Christian Delarue note sommairement les apports riches d’Ali Daher (sociologue - 1999) sur les musulmans au Québec.

cf ““La construction de l’islamité et l’intégration sociale des musulmans selon la perspective des leaders musulmans au Québec””. Un article publié dans la revue Cahiers de recherche sociologique, n ̊ 33, 1999, pp. 149-180. Montréal : département de sociologie, Université du Québec à Montréal.

1 - Multiculturalisme et islamité

La lecture de cette contribution scientifique montre une différence entre le multiculturalisme canadien et celui du Québec, qui met lui l’accent sur la langue française.

« Neil Bissoondath a montré en quoi le multiculturalisme canadien encourage la création des ghettos ethniques, culturels et religieux. » C’est dans ce cadre que l’islamité (plus que l’islam comme religion) joue un rôle important.

L’islamité contient sur certains points un contenu à critiquer légitimement au titre de l’intégrisme religieux. Cette notion est ambigüe car lourde d’une référence à la tradition, laquelle n’est pas nécessairement ou en soi conservatrice ou intégriste mais le devient aisément dans le discours de nombre de leaders musulmans.

Il y a une instrumentalisation de l’acceptation du contact qui ne vise aucunement une quelconque intégration mais plutôt une plus grande capacité de pression pro-communautaire au profit d’un séparatisme maintenu entre musulmans et non musulmans. Il ne s’agit donc pas de dissoudre une quelconque communauté mais plutôt de la renforcer via « l’islamité ».

L’islamité, comme outil culturel-religieux fonctionnant comme marqueur communautaire, contient sur certains points un contenu à critiquer légitimement au titre de l’intégrisme religieux (moeurs sévères contre les femmes - sexoséparatisme). Cette notion d’islamisé apparaît donc ambigüe car lourde d’une référence à la tradition, laquelle n’est certes pas nécessairement ou en soi conservatrice ou intégriste mais qui le devient aisément dans le discours de nombre de leaders musulmans. Une attitude critique est donc nécessaire pour éviter l’apologie.

2 - Les leaders musulmans construisent un séparatisme islamo-communautaire.

Extrait du document.

« Les comportements de non-musulmans sont considérés comme incompatibles avec les prescriptions de l’islam et avec les comportements des musulmans tels qu’ils ont été interprétés par les leaders musulmans. Ceux-ci construisent une image de l’environnement non islamique selon une stratégie d’opposition manichéenne. Les éléments essentiels de cette image sont axés sur les valeurs morales. Il se dégage deux systèmes moraux des discours des leaders : le premier, valorisé, est islamique, le second, qu’ils assimilent à celui des non-musulmans dans la société d’accueil, est fondamentalement mauvais. »

- La « stratégie de contact minimal » (avec la société dominante - ici la Grande-Bretagne) accompagne l’idée d’islamisation, d’emprise sans limite !

« Le chercheur Bassam Tibi traite de cette option en analysant l’islam en Europe. Il divise l’islam européen en deux catégories : l’« euro-islam » et l’« islam-ghetto ». Selon lui, si l’« euro-islam », qui désigne l’adaptation de l’islam à la vie dans une société démocratique libérale, échoue, on se dirige vers un « islam-ghetto », qui traduit « le refus de l’intégration, l’incapacité de s’insérer dans un cadre pluraliste et de se considérer comme une communauté religieuse parmi d’autres. »

3 - Spécificité de la société du Québec (non colonialiste) et intégration

Le Québec, souligne Ali Daher, n’a pas un passé de nation colonisatrice et les musulmans québécois n’ont pas l’expérience historique coloniale de leurs coreligionnaires à l’égard de la société d’accueil, comme c’est le cas de ceux qui sont établis en France ou en Grande-Bretagne. Et bien qu’on relève une diversité quant à l’origine et à l’expérience historique de la population islamique de Montréal, mes observations montrent toutefois qu’en contexte d’immigration au Québec l’origine ethnique et l’expérience historique des leaders ne sont pas des variables déterminantes de la conception de l’intégration.

La diversité de la communauté musulmane de Montréal ne semble pas avoir une forte incidence sur le discours des leaders, tout comme l’origine ethnique de ces derniers ne détermine pas de façon significative leur conception de l’intégration.

lire sur
http://classiques.uqac.ca/contemporains/daher_ali/construction_ismamite/construction_ismamite_qc.pdf