Le MRAP partie civile au « procès Zemmour »

mardi 23 novembre 2021
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

Le MRAP partie civile au « procès Zemmour » : un communiqué du comité de Strasbourg

vendredi 19 novembre 2021

https://mrap-strasbourg.org/Le-MRAP-partie-civile-au-proces-Zemmour-un-communique-du-comite-de-Strasbourg ?

Le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) s’est porté partie civile dans le « procès Zemmour » en étant représenté par Maître Jean-Louis Lagarde.

Éric Zemmour a été accusé devant la 17e chambre du Tribunal correctionnel de Paris pour des propos sur les mineurs isolés tenus sur CNews le 29/9/2020. Il les avait qualifiés de “voleurs”, d’assassins« et de “violeurs”. Aussi il a été cité par le Parquet pour »complicité de provocation à la haine raciale" et “injure raciale”. Le directeur de publication de CNews a été accusé à ses côtés en tant que diffuseur des propos. Les jugements sont attendus pour janvier.
Précédemment E. Zemmour a été condamné en 2011 pour « provocation à la discrimination raciale » le tribunal estimant qu’il a « dépassé les limites autorisées de la liberté d’expression ». En mai 2018, la Cour d’appel de Paris l’a condamné pour « provocation à la haine religieuse ». Son recours en Cassation a été rejeté en 2019 mais il a formulé un ultime recours auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme dont l’arrêt est encore attendu.

Propulsé par des médias aux mains de quelques multimilliardaires, E. Zemmour est un des propagateurs d’idées et de propos racistes, souvent à la limite de la légalité, ce qui lui a permis d’échapper à de nombreuses condamnations par la Justice tout en faisant connaître ses idées. Il a multiplié les outrances, y compris le fusil à la main. Il vise à être candidat à l’élection présidentielle d’une république dont la devise est pourtant contraire aux discriminations, aux injures et à la haine.

Dans la période actuelle, les racistes ne se contentent pas de penser. Les groupes d’extrême droite, comme souvent par le passé, projettent des actions violentes.

Le MRAP espère que le Tribunal sera ferme face aux propos incriminés, assortira la peine d’une inéligibilité même si avec les recours possibles elle ne sera pas effective pour les prochaines élections.

Les mois et les années à venir seront des périodes de tous les dangers sociaux, pour la démocratie, la République et l’humanité.

Au-delà de sa présence dans cette affaire, le MRAP appelle à dénoncer les idées discriminatoires d’où qu’elles viennent, à faire vivre les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité et à agir pour résoudre les problèmes sociaux et planétaires de notre temps.

Strasbourg, le 19/11/2021