Le MRAP 35 milite pour la délivrance de la carte de résident de 10 ans.

samedi 14 février 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Le MRAP 35 milite pour la délivrance de la carte de résident de 10 ans.

Un journal breton d’extrême droite, qu’on ne citera pas, qualifie ironiquement le MRAP de « ligue de vertu » et critique sa nouvelle présidente Carole Bohane pour avoir défendu et réclamé une carte de 10 ans pour un « clandestin ». Mais il a tout faux !

Malgré les informations parues dans la presse locale, il ne s’agit ni d’un clandestin, ni d’un sans papiers. Cette personne possède depuis plus de 10 ans le statut de réfugié dont on sait pourtant combien il est difficile de l’obtenir.

Au cours de toutes ces années, il a vécu et travaillé sans le moindre incident. S’il a « pété les plombs » ce jour de décembre à la Préfecture, c’est justement parce qu’il n’arrivait pas à faire renouveler à temps sa carte de résident valable 10 ans ; ce retard tout à fait indépendant de sa volonté, dû à l’engorgement des services prefectoraux, risquait de lui faire perdre son travail, son logement et tous ses droits. On peut comprendre son désespoir, même si cela ne saurait justifier la violence contre les personnels de la préfecture : il en a lui-même été la victime, pris au piège de l’engrenage de la violence.

Par contre il est exact qu le MRAP depuis plus de 40 ans milite pour la carte de 10 ans pour les étrangers qui vivent en France, ainsi que pour la citoyenneté de résidence. En contradiction avec la loi qui prévoit la délivrance après 5 ans de cette carte de résident, les préfectures multiplient sans motif les cartes d’un an, créant l’engorgement constaté au service des étrangers. Elles maintiennent ainsi ces personnes dans une précarité très difficile à vivre. Qui ne comprendrait l’exaspération que font naître semblables pratiques ?