Le 2 février 2015, le jour ou Juncker a enfoncé le clou de la dictature ! C Delarue

mercredi 15 juillet 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 8%

Le 2 février 2015, le jour ou J-C Juncker a enfoncé le clou de la dictature !

(Nb On lit parfois M Junker ou Juncker)

La sauvagerie néolibérale et européenne de ces dernières années réduit les humains du peuple-classe (99%) de Grèce à être de plus en plus malades et pauvres alors que le 1% d’en-haut lui s’enrichit ! Et il n’y a pas que le peuple-classe de Grèce a être concerné car les attaques de l’oligarchie contre les droits sociaux se multiplient ailleurs, dans tous les pays de l’Union Européenne et de la Zone Euro, y compris en Allemagne.

Ce texte porte donc, en riposte nécessaire aux oligarques européens de la finance, sur ce qui peut être l’alternative de civilisation des altermondialistes.

I - Dictature de la finance, barbarie en Europe !

Dix ans après le NON bafoué du 29 mai 2005 en France, ce sont les Grecs du peuple-classe 99% (pas tous) qui, sauf rebond encore possible, connaissent, ce 13 juillet 2015, plus durement encore, le refus de leur « Non » par « l’Europe des requins », requins de la finance, des banques, des créanciers et, corrélativement, Europe de la barbarie anti-sociale et austéritaire.

Pour le dire vite, on prend, ce 13 juillet 2015, toute la mesure de dix ans de renforcement de l’oligarchie financière et technocratique contre les peuples-classes d’Europe (UE) et de la Zone euro, et ce sous couvert de formules juridiquement institutionnalisées comme « économie sociale de marché hautement compétitive » (cf Traité de Lisbonne dec 2007 signature et dec 2009 entrée en vigueur) ou « économie de marché ouverte où la concurrence est libre ».

Le 2 février 2015, M. Juncker, l’actuel président de la Commission européenne, a dit (et écrit) « il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens déjà ratifiés » (Le Figaro, 2 février 2015). Et d’aucuns ont cru, contre toute analyse rigoureuse de la gouvernance de l’Union européenne (UE), qu’il s’agissait simplement d’un autocrate non représentatif des élites de la gouvernance de l’Union européenne (UE). Ils n’avaient pas lu « La nouvelle raison du monde » de Dardot et Laval (livre très vendu en 2009 lors de l’Université d’été d’ATTAC Arles) ! Ou d’autres de ce genre !

Ce 13 juillet 2015, la capitulation du gouvernement grec devant l’oligarchie de l’UE, dominée par l’oligarchie allemande (et pas l’Allemagne svp) avec l’oligarchie française en soutien rapproché, vient donner pleine force au propos de M Juncker. Souvenons-nous de ce 2 février ! On sait désormais, plus qu’avant encore, que la gouvernance de l’UE ressemble, pour reprendre l’idée de Sophie Bessis dans son livre la « double impasse » (1) à des « fondamentalistes » du marché, de la concurrence et de l’entreprise ! Que de l’autoritarisme ! La domination se combine à l’autorité (lire Katia Genel « Autorité et domination » 2013) et elle se cache juridiquement derrière les quatre grandes libertés évoquées pour le projet de TCE pour l’Union en 2004 mais c’est la liberté du Capital qui est protégée par la gouvernance

Ça suffit ! - That’s enough ! - Basta Ya ! - Es reicht !
Sortir de ce piège barbare est impérieux !
Les peuple-classe (99%) de chaque pays de l’Union ne veut pas vivre à genoux !

II - Vers une alternative de civilisation, altermondialisme encore !

Comment le mouvement altermondialiste, qui milite partout, et de façon transversale, transnationale ou internationale si vous voulez, pour des changements de société sur plusieurs champs, dans divers espaces, peut-il faire pour promouvoir sa démocratie d’en-bas, par en-bas et pour les peuples-classe 99% de tous les pays ! Avant de parler de démocratie pour tous et toutes, en inclusivité complète ! Assurément, il lui faut dire, plus nettement qu’avant, que l’UE est à rayer du programme des réformes possibles ! Nous sommes radicalement « contre » ! Si une « autre Europe » est pensable c’est alors sur sa destruction complète de l’UE ! On casse la maison avec ses fondations ! Tout est pourri ! Mais ce qui compte c’est ce qu’on construit (2) !

Le mouvement altermondialiste ne saurait pour autant se replier sur le pré-carré national pour y défendre souveraineté du peuple et démocratie existante ! Il y aura assez de partis politiques à le faire ! Plus que jamais il lui faut entretenir ce que certains marxistes appellent « la transcroissance des luttes » ! C’est plus difficile mais c’est indispensable !
C’est que l’oligarchie ne réside pas qu’en Allemagne ! Certes elle y est ! Mais elle a aussi ses quartiers en France, à Paris mais aussi à Lyon, à Marseille, à Bordeaux et dans toutes les capitales régionales ! L’oligarchie à sa classe d’appui dans le 1% d’en-haut qui profite du système sur le dos des peuples-classe.

Par ailleurs, le pré-carré de l’oligarchie « bleu-blanc-rouge » ne se limite pas à la métropole et à l’outre-mer car son impérialisme est encore puissant vers le sud et notamment enl Afrique ! On ne saurait l’oublier ! Enfin, il y a aussi les autres formes de luttes qui ne relèvent pas du « classisme » (domination économique du 1% d’en-haut) mais du sexisme et du racisme ! Il convient de prendre en charge toutes les luttes

Les temps de crise sont propices à la montée du racisme, de la xénophobie et des diverses formes d’intolérances ! La montée des intégrismes religieux facilitent aussi, il faut le dire, ces résurgences funestes ! Un dominé dans le champ économico-social peut être dominant dans un autre champ, celui des rapports sociaux de sexe. Ce qui rend compliqué les luttes « croisées »

Mobiliser un peuple-classe multicolore sans racisme ni sexisme, ni repli national, pour des droits sociaux et démocratiques, avec les syndicats de travailleurs et la gauche non calée sur l’orientation gouvernementale, reste plus que jamais d’actualité !

Christian Delarue

1) Socialisme contre une « double impasse » : sortir du capitalisme financier, sortir des intégrismes religieux.
http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/040415/socialisme-contre-une-double-impasse-sortir-du-capitalisme-financier-sortir-des-integrismes-r

2) En quête d’une boussole de l’émancipation. Vers une alternative socialiste | Contretemps
http://www.contretemps.eu/interventions/en-quête-dune-boussole-émancipation-vers-alternative-socialiste-0

Wolfgang Schäuble : Le peuple-classe serait content que quelqu’un s’occupe de vous « réformer » radicalement et définitivement !

Wolfgang Schäuble « La France serait contente que quelqu’un (la) force à réformer »
http://www.marianne.net/wolfgang-schauble-france-serait-contente-que-quelqu-force-reformer-100232929.html