La résistance contre la mauvaise mondialisation doit se faire par l’adhésion à la bonne mondialisation. C Delarue

dimanche 7 février 2010
par  Amitié entre les peuples
popularité : 7%

L’AUTRE MONDIALISATION DES PEUPLES-CLASSE :

La résistance contre la mauvaise mondialisation doit se faire par l’adhésion à la bonne mondialisation.

La commission « mondialisation » du MRAP reprend à son compte cette formule d’Edgar Morin

***

La commission « mondialisation » a sa dynamique propre liée au MRAP et indépendante d’ATTAC mais aussi une dimension liée au fait que le MRAP est membre co-fondateur d’ATTAC France.

1) La mauvaise mondialisation élève des murs (1) et des fossés la bonne crée des passages, des ouvertures. Soyons nombreux à briser les murs physiques (territoriaux) , ethniques, les murs religieux et le sexo-séparatisme.

2) La mauvaise mondialisation suscite les discriminations racistes, la bonne pousse à l’égalité des droits et à la reconnaissance de tous.

3) La mauvaise mondialisation ignore la laïcité dans de nombreux pays la bonne la défend là ou elle existe officiellement et souhaite son implantation ailleurs, notamment au sein des Etats à religion officielle . La laïcité mondialisée est une condition de la paix des consciences dans le monde. La commission Mondialisation projette d’avancer sur cette question durant l’année 2010.

4 )La mauvaise mondialisation génère des crispations identitaires et ethniques débouchant sur un communautarisme et un nationalisme nuisibles à l’amitié entre les peuples, la bonne s’appuie sur le meilleur de chaque nation pour généraliser l’émancipation de tous et toutes.

5) La mauvaise mondialisation se montre incapable de résoudre la question migratoire autrement que par la répression et la xénophobie, la bonne propose des solutions de citoyenneté de résidence, d’égalité et d’ouverture qui font de la fraternité un mot porteur de sens. Lire ici « Pour une politique ouverte d’immigration » (ATTAC)

6) La mauvaise mondialisation est source d’inégalité et de guerre, la bonne met en avant les conditions nécessaires de la paix économique, politique et militaire.

7) La mondialisation accroît la marchandisation du monde, la bonne plaide pour des biens communs mondiaux, pour la généralisation des services publics nationaux.

8) La mondialisation accroît les inégalités entre le nord et le sud mais aussi de façon transversale, la bonne pose la réduction des inégalités au plan mondial comme au plan de chaque Etat.

9) La crise financière mondiale est celle de la gouvernance mondiale, du G20, de l’oligarchie financière internationale et des dirigeants des transnationales, la solution doit alors venir de la solidarité des peuples-classe du monde.

10) La mauvaise mondialisation méprise l’environnement, la bonne y prête attention.

Christian Delarue (*)

a défendu les premiers points en gras lors de l’AG du MRAP du 6 février 2010

* responsable de cette commission, membre du bureau exécutif et du Conseil d’administration du MRAP

1) Construire un monde commun vivable, divers, laïque, pluriel et sans sexo-séparatisme.