La « pudeur musulmane », une attribution fausse et raciste !

mardi 3 septembre 2013
par  Amitié entre les peuples
popularité : 10%

LA « PUDEUR MUSULMANE », UNE ATTRIBUTION FAUSSE ET RACISTE !

- Le mécanisme

Attribuer une caractéristique à tous les membres d’une religion, les musulmans en l’espèce, relève du propos ou du discours raciste.

En effet, soit il s’agit d’y voir un défaut, comme de la pudibonderie, une honte excessive de son corps, voir le souci de séparer selon des formes diverses (voile ou plus) les femmes des hommes dans une société patriarcale, etc... et on est alors en présence d’un mécanisme d’imputation d’ une critique ordinairement destinée aux seuls intégristes à tous les croyants sans exception.

Soit il s’agit d’y voir une qualité, une différence culturelle positive que les autres n’auraient pas (ou beaucoup moins) mais alors ce propos différencialiste montre en fait un racisme, insidieux ou non, contre le reste des humains, stigmatisés comme impudiques ou ayant des moeurs relâchés, etc...

- Le réel

L’on sait que la stigmatisation de l’autre, des femmes le plus souvent, existe soit en privé soit en public. Et massivement. En effet l’insulte et l’injure sexiste de « pute » est massivement employée par certains musulmans intégristes qui pour le coup ne savent pas se tenir (autre sens du mot pudeur) . C’est qu’ils veulent ce faisant faire deux choses : voiler leurs soeurs musulmanes, faire pression sur les autres pour qu’elles se couvrent. Il n’y a pas qu’eux à en user - cf jeunes dans les collèges avec les journées pédagogiques dites « de la jupe » - c’est pourquoi il importe effectivement d’élargir le combat antisexiste contre la sexyphobie qui autorise des agressions contre les femmes jugées sexy.

- Perspective

On en revient au fait que pour lutter contre le racisme on ne saurait globaliser, généraliser, essentialiser, « communautariser » un groupe de croyants. Tous les croyants d’une religion n’ont pas les même pratiques. Certains font une interprétation égalitaire de leur religion, d’autres non, certains se montrent autoritaires sur les questions de moeurs, d’autres beaucoup plus libéraux. On ne saurait confondre les tolérants et libéraux avec les intégristes autoritaires et sexoséparatistes ! La difficulté de matérialiser une distinction nette n’est pas un motif sérieux pour éviter de confondre... et de tomber dans le racisme.

Christian DELARUE

http://association.pour-politis.org/space/autre-monde/content/_4CDE2044-C735-4169-B030-D2FC25C80309