La gauche et l’euro : liquider, reconstruire - F Lordon

mercredi 22 juillet 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

La gauche et l’euro : liquider, reconstruire

Frederic LORDON

1. L’euro interdit radicalement toute politique progressiste possible.

2. S’il en était encore besoin, le traitement criminel infligé à la Grèce en six mois de brutalisation (rebaptisée « négociation ») prouve que l’entreprise de « transformer l’euro », ou l’hypothèse d’un « autre euro possible », sont des chimères qui, par désillusions successives, ne mènent qu’à l’impasse et à la désespérance politiques.

3. Abandonner aux extrêmes droites (qui au demeurant n’en feront rien [1]…) toute perspective politique d’en finir avec l’euro et ses institutions est une faute politique qui condamne les gauches européennes à l’impuissance indéfinie.

4. Sauf à continuer de soupirer après ce qui n’arrivera pas — un « autre euro » et l’« Europe sociale » qui va avec — le réarmement des gauches européennes passe donc impérativement par l’imagination de l’après-euro.

L’avenir de la gauche se joue entre ces quatre propositions.

la suite sur

http://www.legrandsoir.info/la-gauche-et-l-euro-liquider-reconstruire.html

ou

http://blog.mondediplo.net/2015-07-18-La-gauche-et-l-euro-liquider-reconstruire