La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants

lundi 25 septembre 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 8%

La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants

On n’agresse pas une femme parce qu’on est fou d’elle ou parce qu’on a une libido d’enfer. On agresse une femme parce qu’on est aveuglé par son propre pouvoir, et qu’on considère la femme comme un objet à assujettir à ce pouvoir.

La culture du viol est un concept établissant des liens entre la violence, le harcèlement, les agressions sexuelles avec la culture de la société où ces crimes se commettent. Elle documente et décrit un environnement social et médiatique dans lequel les violences sexuelles trouvent des justifications et des excuses pour être tues, banalisées, ridiculisées, moquées, tolérées, voire acceptées.

La culture du viol distillée çà et là

Elle est bien vivante dans la pornographie qui transmet l’idée saugrenue que la femme veut être forcée, que malgré son visage grimaçant, elle est émoustillée, en redemande, se délecte d’être avilie et asservie.

Elle s’exprime dans les publicités, médias, musiques, clips, chansons… Banalisées, voire érotisées dans la chanson, les clips et les sitcoms, la violence et l’exploitation sexuelles s’étalent désormais comme dispositifs naturels de la pop et de la web culture. Ce matin encore, je lisais sur Facebook qu’une telle « est une sale pute, car elle s’est bien fait baiser » et qu’une telle autre « est une sacrée salope, car elle se fait prier ». Elle est présente aussi dans les magazines de mode qui hypersexualisent le corps des fillettes et infantilisent celui des femmes, comme de vulgaires produits de consommation. De plus en plus de firmes et marques (esthétique, vêtements, parfum, coiffure, chaussures…) mettent en scène des scénarios publicitaires, à peine voilés, d’agression sexuelle.

Elle règne sur le web. On y organise des gangs bang et on y vend des jeux simulateurs de viol. Les blogueurs trash pullulent et font saliver leurs milliers des supporters en décrivant leurs fantasmes d’agression sexuelle. Il est de plus en plus fréquent d’y voir circuler des images de viol collectif.

La culture du viol s’exprime encore

Par ces jeunes hommes de plus en plus nombreux à avoir développé une sévère dépendance à la pornographie violente.

Par le fait que la majorité des agressions sexuelles ne sont pas rapportées et que le pourcentage des hommes et garçons coupables d’agressions sexuelles font rarement de la prison (autour de 3% aux États-Unis).

Par le fait que le GBH (drogue du viol) est en nette hausse et propension sur les campus et dans les bars. On objectera que le GBH est aussi consommé comme drogue festive pour l’effet d’ébriété obtenu et que c’est lorsqu’il est combiné à l’alcool qu’il provoque coma et amnésie. Il n’en reste pas moins que les signalements à son égard ont doublé ces dernières années, et ce, malgré que les traces de cette substance s’effacent après quelques heures dans l’organisme. L’utilisation à des fins sexuelles criminelles du GHB montre bien que le viol ne survient pas « spontanément », comme certains le prétendent et qu’il est, est au contraire, planifié et prémédité.

Par le nombre d’agressions sexuelles qui augmentent sur les campus collégiaux et universitaires.

Par le fait que chez les mineurs, une agression sexuelle sur 10 est signalée.

Par le fait que le viol collectif est en nette augmentation partout dans le monde. Cela, dans les sociétés dites civilisées et pas seulement dans de lointaines contrées en conflit qui utilisent le viol des femmes et enfants comme arme de guerre.

Par l’hostilité qui prévaut encore trop souvent à l’égard des victimes

Par l’abondance de justificatifs du côté des agresseurs afin qu’on les comprenne et leur pardonne

Par cette tendance à ne pas croire d’emblée la victime et à mettre en doute sa parole.

suite sur :
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2017/08/30/la-culture-du-viol-est-devastatrice-pour-notre-societe-et-lavenir-de-nos-enfants-2/


Brèves

30 août 2016 - Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes

Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes - (...)

26 janvier 2016 - Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles

Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles et la solidarité (...)