La communauté hypotextile de la discothèque de Saint Laurent du Var - C Delarue

lundi 21 août 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 9%

La micro-communauté hypotextile de la discothèque « Carré Annexe » de Saint Laurent du Var - Sans sexisme ce serait bon !

Questions de « logiques communautaires » et de sexisme.

D’un côté on peut plaider la double discrimination tarifaire pour l’entrée, d’une part sexiste car que les femmes concernées (ce qui est pourtant admis comme simple distinction sexuée) et d’autre part, au sein des femmes, sur l’apparence vestimentaire mais il ne s’agit que d’une apparence vestimentaire occasionnelle et modulable, relativement anodine (que la seule jupe !), si aucune grossophobie ni maigrophobie ni discrimination raciste fondée sur la couleur de peau des femmes comme des hommes est active. Et que tout le monde s’amuse et danse sans harcèlement. Mais il y a bien distinction-discrimination.

Ce type de proposition peut se comprendre en fonction d’un certain contexte : si on défend que ce type de lieux, bars ou boites de nuit (lieux de séduction et de plaisirs sexués admis), entend favoriser une (micro) communauté hypotextile limitée (limitée au sens de juste des jupes courtes ici et ce jour-là et pas du nudisme ou du string seins nus - ce qui pourrait se concevoir) comme il existe aussi des lieux plus religieux ou l’on favorise une communauté hypertextile (voile et même voile et jupe ultra-longue).

La critique contre ces deux communautés, de l’une comme de l’autre « logique communautaire », dans ses affirmations et critères, c’est de viser, explicitement (si le terme femme figure) ou implicitement (si le mot femme ne figure pas), les seules femmes, et non pas les hommes et les femmes ensemble. Ce qui prête à un certain sexisme . C’est que sont - au plan analytique - juste deux conceptions du monde de type communautaire qui ne se distinguent que sur les modalités « textiles », soit occasionnel soit durable, l’une hypotextile (sans nudisme), l’autre hypertextile. Mais il n’y a pas de réponse contre le sexisme ici dans les deux cas. La logique est communautaire .

Reste une différence : Il faut noter l’hypertextile est lui durable (chaque jour et sur plusieurs années) alors que l’autre est juste très provisoire et très occasionnel et que même là chacune reste libre de modifier sa tenue (suffit de passer un vêtement long laissé en arrivant) . Ce n’est donc pas le même niveau de discrimination et de sexisme . Pas du tout !

Christian DELARUE