L’intégrisme religieux est de plus en plus contesté !

vendredi 12 juillet 2013
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

L’intégrisme religieux est de plus en plus contesté !

La lutte contre le racisme ayant pour base la religion est spécifique au regard des autres formes de racisme que l’on connait (1).

Une religion diffuse naturellement une idéologie religieuse et des modèles de comportements dont certains sont parfaitement contestables, en droit et en fait, verbalement et pratiquement.

Cette contestation est d’autant plus nécessaire que la religion dispose d’une très forte légitimation (issue de la volonté supérieure de « dieu ») qui encourage la mise en application. Elle dispose en outre, le plus souvent, d’un appareil (masculin) d’interprétation et de diffusion de ces normes, notamment auprès des plus jeunes et des plus vieux. La religion n’est pas simplement un texte déclaré sacré, c’est surtout un appareil de formatage des humains.

Une distinction très courante amène à distinguer les croyants les plus ouverts des croyants intégristes, ceux crispés sur des archaïsmes religieux et sur un autoritarisme souvent sexiste et machiste. Les féministes critiquent les divers intégrismes depuis fort longtemps ! Ils sont tous nuisibles pour les femmes et pour les relations hommes-femmes !

Mais il n’y a pas de frontières étanches entre les secteurs intégristes (du christianisme, du judaïsme ou de l’islam) et la masse des croyants, celles et ceux plus détachés des dogmes, notamment les préceptes issus d’une interprétation « dure » des textes sacrés.

Dans certaines sociétés, les intégristes ont beaucoup d’influence et parviennent à imposer leurs volontés à beaucoup de femmes et au-delà à une large fraction de la population. Le risque est d’alors de naturaliser ce pouvoir religieux masculin en termes de culture figée, « essentialisée ».

Ils veulent peser sur tous les champs sociaux, aussi bien au plan politique et étatique qu’au sein de la société civile. Les moeurs sont leur domaine préféré. Ils se montrent plus pragmatiques et moins autoritaires en économie quoique restant souvent du côté de l’économie dominante.

Contre les oppressions sexistes, racistes, nationalistes et intégristes, de groupes religieux ou non, il se lève toujours, tôt ou tard, un mouvement de libération qui vise à plus de liberté, d’égalité et de fraternité. La laïcité y est un élément important de réduction du pouvoir de nuisance de l’emprise des religions.

La présence des femmes y est déterminante pour que le mouvement ne s’arrête pas en cours de route et que les femmes en profitent pleinement au lieu de voir s’opérer une inversion réactionnaire du mouvement ! L’interprétation intégriste en temps de crise économico-sociale peut par exemple venir légitimer les retours au foyers des femmes en Grèce ou en Espagne. Dans les pays à forte culture islamique les intégristes musulmans poussent au sexo-séparatisme multiforme dont celui du vêtement !

Mais, pour autant, on ne saurait confondre les croyants intégristes des autres ! Il convient constamment de faire cette distinction. Cette dernière ne correspond pas nécessairement à des courants bien répertoriés par l’histoire.

Christian DELARUE

1) Le racisme contre les Rroms, par exemple, ne souffre aucune subdivision. Il est ou il n’est pas. Les Roms sont divers mais une division entre secteur intégriste et non intégriste n’est pas concevable. Ce serait une absurdité.