L’intégrisme musulman sexoséparatiste hors « religionnisme » !

mercredi 3 août 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 9%

L’intégrisme musulman sexoséparatiste hors « religionnisme » !

Si le terrorisme dit musulman relève, pour une grande partie, du « religionnisme » selon le mot de Robert TRENKEL (1), il n’en est pas de même selon moi de l’intégrisme musulman sexoséparatiste.

Ce dernier de part sa lecture très conservatrice et rigoriste du Coran s’oppose durement (violence individuelle intra-familiale et de quartier : injures, coups, etc), mais sans armes lourdes, aux mécréants, aux femmes hypotextiles, aux homosexuels et à d’autres individus encore, y compris de sa propre religion. Alors que les terroristes dits musulmans sont eux globalement plus ancrés dans la modernité.

Mais reste à savoir s’il s’agit d’une simple modernité technologique (usage des réseaux sociaux) ou d’une modernité de moeurs acceptant plus de liberté individuelles, dans un cadre d’égalité entre hommes et femmes et de laïcité. Car certains terroristes partagent la volonté de brider la société dans un sens rigoriste et sexoséparatiste tout comme les intégristes musulmans (ou les juifs haredim) et sans distinction aucune avec eux. Ils se distinguent des terroristes « modernistes » qui n’ont eux que faire que d’imposer le voile et la jupe longue aux musulmanes. Ce n’est pas leur souci. Ils veulent ou voudraient - selon une certaine interprétation - « se relever » quand leurs parents « se couchaient ». Evidemment, se relever par les armes et le terrorisme n’a rien à voir avec l’émancipation.

Mais revenons à R Trenkel qui refuse lui aussi le binarisme, mais dans un sens différent de moi pour sa conclusion. Il écrit : « Les uns prétendent que l’islamisme en général et la terreur islamiste en particulier seraient inhérents à l’islam, pendant que les autres soutiennent qu’il s’agit là de la fausse interprétation d’une religion qui serait dans son « cœur profond » incompatible avec la violence et l’intolérance. Mais tous ceux qui s’engagent dans ce cadre de référence discursif sont déjà tombés, volontairement ou non, dans le piège du culturalisme  ».

R Trenkel ne dit donc rien de l’intégrisme religieux (musulman ou juif haredim mais d’autres aussi), mais aussi, à cause de ce silence, rien de ce qui lui est très souvent lié :
- comme le sexoséparatisme sous ses deux formes (réclusion à la maison des femmes et mise sous hypertextile pour sortir),
- comme la haine des mécréants et de l’athéophobie,
- comme le rejet de l’hypotextile (refus du nudisme, du naturisme, du string, de la mini-jupe),
- et d’autres refus encore qui peuvent se repérer ailleurs chez tous les conservateurs en général.

Le « piège culturaliste » sert donc au grand silence d’une certaine gauche révolutionnaire qui, de ce fait, en Grande Bretagne notamment, n’hésite pas à faire alliance durable, en cachant sa critique, avec les intégristes de la religion dominée. Ce n’est pas acceptable !

Christian DELARUE

1) Une forme spécifique du religionnisme : Pourquoi l’islamisme ne peut pas être expliqué à partir de la religion par Robert TRENKEL - Europe Solidaire Sans Frontières
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article38649

URL : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article151554