L’instrumentalisation de l’antiracisme : La notion d’ « islamophobie étendue » par les régimes autoritaires. C Delarue

jeudi 2 février 2012
par  Amitié entre les peuples
popularité : 10%

L’instrumentalisation de l’antiracisme : La notion d’ « islamophobie étendue » par les régimes autoritaires.

Etre solidaire des peuples-classe du sud n’empêche nullement de voir et de lutter contre les dérives obscurantistes et hyper-sexistes au sud, notamment celles permises par les discours religieux qui les légitiment. C’est que la religion a un pouvoir particulier. Ce qui apparaitrait largement comme indéfendable et odieux à un humaniste non croyant devient défendable et même immédiatement applicable dès lors que la religion le permet et même l’encourage. Les pratiques oppressives ne sont alors plus des accidents ou des pratiques résiduelles d’un système qui dans le verbe ne cesse de les réprouver mais une véritable « culture de masse mortifère », de type sexo-séparatiste.

L’une de ces dérives est d’étendre la notion d’islamophobie à la « diffamation des religions » ie au blasphème. Ce n’est pas la seule.

1) Solidarité avec le sud !

Le Sud est globalement une victime économique, sociale, environnementale et politique face au nord impérialiste. On trouvera le propos trop globalisant : l’Afrique est plurielle et surtout l’Afrique n’est en rien l’Amérique latine. On disait jadis il y a des « tiers-mondes » pas un seul. N’empêche qu’il existe bien un énorme fossé entre le nord et le sud qui se manifeste pas le fameux « schéma de la coupe de champagne » (cf. Les destins du tiers-monde M Husson et T Coutrot - Circa).

Ce que l’on peut ajouter pour nuancer le propos, c’est qu’ « il y a du nord au sud et du sud au nord ». La formule mérite précisions. Les peuples-classe du nord ne sont pas à proprement parler des dominants. Ils peuvent pour partie s’en accommoder mais l’offensive ne vient pas d’eux. Ce sont les capitalistes et les Gouvernements de la Triade qui sont à l’offensive dans le Sud. La concurrence entre puissances impériales est sévère. De même les pays du sud dispose d’une bourgeoisie compradores qui est en lien étroit avec les capitalistes du nord aux fins d’exploitation de leurs propres peuples-classe. Impérialisme et capitalisme se combinent.

2) Autre solidarité : contre la domination israélienne sur les palestiniens et pour la paix.

L’antisémitisme est fort au sein de certains soutiens (pas tous) des palestiniens. Caroline Fourrest le souligne. J’avais eu l’occasion de m’en rendre compte personnellement. Mais cela ne saurait être un prétexte pour se taire sur l’injustice fondamental d’un conflit. Cela ne saurait empêcher de voir, qu’il y a une très forte inégalité structurelle. L’Etat sioniste est dominant sur plusieurs plans et depuis des décennies. Il faut donc soutenir les palestiniens sans relâche. Même les israéliens sont d’ailleurs victimes de cette situation - colonialisme, apartheid, etc... - et pas que les arabes israéliens.

3) Mais pas de complicité avec les « théologies » autoritaires, réactionnaires et pro-sexistes (sexo-séparatistes notamment)

La solidarité envers le sud ne saurait être totale, unilatérale et aveugle. Il faut savoir écouter ce qui peut être juste et vrai dans le réquisitoire de Pascal Bruckner et ce sans nullement faire sienne ses positions anti-tiersmondistes notoires, allant du « Sanglot de l’homme blanc » à la « Tyrannie de la pénitence » . Il faut donc lire de façon critique, l’article publié par Pascal Bruckner « L’antiracisme, nouvelle idéologie des dictatures » sur Libération .

http://www.liberation.fr/monde/0101553570-l-antiracisme-nouvelle-ideologie-des-dictatures

Si on le complète par l’enquête de Caroline Fourest à l’ONU à propos de la défense des droits humains contre la charia (condensée sur une vidéo) alors on voit que le sud n’est pas dans tous les domaines porteur en-soi d’un projet positif, émancipateur. Loin s’en faut. Et dire cela ce n’est pas de l’arrogance ou une trahison mais de la lucidité, sans doute nécessaire à tout projet d’émancipation.

Ce sont les Etats les plus défenseurs de leur religion dominante - l’islam - qui se montrent durs contre les minorités religieuses (sur ce site). Ce sont eux qui hurlent à l’islamophobie à propos des caricatures du prophète, à propos de la loi du printemps 2004 contre les signes religieux ostensibles à l’école. Ces radicaux ne savent pas voir qu’il s’agit de mesures juridiques équilibrées.

- Une prudence issue de l’histoire.

Depuis 1979 et l’arrivée soutenue par une certaine gauche en France de Khomeini en Iran, tout soutien se doit d’être mesuré voire critique. La référence au postcolonialisme ne doit pas aboutir à dire grosso modo que « tout est à défendre au sud », en bloc. Il faut donc soutenir les peuples mais en refusant le campisme qui oblige à choisir son camp globalement, sans avoir à pointer des exceptions, des refus. Par contre, il faut surveiller les courants d’émancipation dans chaque pays et les soutenir.

Christian DELARUE

Tunisie - Ces intégristes religieux qui se croient tout permis | Slate Afrique

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2084

Sexo-séparatisme des files d’attente pour voter en Tunisie.

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1903

Israël : Le sexo-séparatisme des « haredim » (« craignant Dieu »).

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/100112/israel-le-sexo-separatisme-des-haredim-craignant-dieu

Violences sexo-séparatistes de juifs ultra-orthodoxes contre les femmes. Interception France Inter

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2075