Je lis aussi bien Caroline Fourest que Pierre Tévanian.

dimanche 3 mai 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 11%

Je lis aussi bien Caroline Fourest que Pierre Tévanian.

Pas tout lu, car l’un et l’autre écrivent beaucoup.

Je trouve intérêt à les lire l’un et l’autre alors que j’ai des désaccords avec les deux intellectuels. Et pas des petits désaccords. Mais je les respecte l’un et l’autre. Je les critique l’un et l’autre mais je ne souviens pas d’une stigmatisation ou d’un dénigrement fort contre l’un ou l’autre. J’estime qu’ils en subissent bien assez.

- ELLE : Je suis beaucoup plus en défense du peuple palestinien que Madame et c’est peu de le dire !

- LUI : 1 - Je suis plus critique des intégrismes religieux, y compris celui des pauvres (entendez musulman) que Monsieur. Et je n’ai aucune peine car sauf erreur il n’en a rien dit. 2 - Je défends la loi de mars 2004 contre les signes religieux ostensibles à l’école et pas lui qui prône une laïcité « ouverte » et moi une laïcité « étendue » (mais pas totalitaire). 3 - Je défends le blasphème pas lui. Le blasphème n’est qu’une critique défétichisante qui rabaisse ce qui se place au-dessus des humains. Il n’est, pour l’essentiel, que remise à sa place - ie plus bas - de la religion quand elle se croit supérieure aux humains. Quand elle est modeste, pas de problème. 4 - Quand à la « haine de la religion » je ne cesse de dire que la religion, contrairement aux humains, ne mérite pas en soi, à priori, le respect. Pas plus l’irrespect dira-t-on. Tout dépend si on vient me chanter que la religion est un "atout’ ou pas.

Christian DELARUE