Islam, une religion opprimée disent-ils ! C Delarue

dimanche 19 février 2012
par  Amitié entre les peuples
popularité : 17%

Islam, une religion opprimée disent-ils !

GIF - 91.5 ko

Oui et non. Il ne faut pas nier l’islamophobie. Difficile de nos jours de ne pas voir cette forme de racisme. Pour autant, quand j’entends certains à gauche sortir ce poncif « Islam, une religion opprimée » , je ne sais si je dois en rire ou en pleurer.

L’instrumentalisation d’une oppression pour taire l’oppression marche fort . Il faut cacher que les dominés dans un champ peuvent être dominant dans un autre. C’est donc un enjeu théorique et pratique que d’opérer des distinctions, que de ne pas tout mélanger. L’instrumentalisation de l’islamophobie fonctionne aussi fort bien. C’est d’ailleurs grave.

Tout d’abord, il faut signaler que la solidarité avec les peuples-classes du Sud est nécessaire mais qu’elle ne doit pas se faire sans regard critique. Il est toujours possible de soutenir des forces politiques et sociales d’émancipation. Je ne tiens pas, par exemple, Tariq Ramadan pour un leader de l’émancipation. Bien au contraire. Il existe de nombreux musulmans et musulmanes plus offensifs pour défendre et étendre la liberté des femmes et la laïcité.

Déconstruction d’une idéologie.

- L’islam est la religion des peuples du sud et donc des peuples dominés par l’impérialisme. C’est là justification la plus communément émise pour distinguer la critique des religions du nord - catholicisme, protestantisme, judaisme, etc - qui serait admissible de la critique de la religion la plus massivement établie au sud, qui devrait être modérée, voire absente. Typique d’une position campiste.

- On trouve aussi, chez certains, l’argument du postcolonialisme qui est bien pratique pour effacer les oppressions sexo-séparatistes des intégristes musulmans et mêmes des musulmans orthodoxes. Ce qui ne signifie pas que le postcolonialisme n’est pas pertinent. On ne saurait l’invoquer juste pour faire taire ce que l’islam dans sa version radicale peut charrier comme domination contre les femmes.

- On ajoute aussi que le sexisme est transversal. Il existe dans tous les pays et en plus, dans toutes les couches sociales. Exact. Il faut lutter contre toutes les violences faites aux femmes, contre le viol et la prostitution notamment. Pour autant les religions, et notamment aujourd’hui la religion musulmane, se distinguent en ce qu’elle porte un discours de justification de l’enfermement des femmes. Ce discours sexo-séparatiste n’est pas le fait de tous les musulmans mais des plus orthodoxes, des plus radicaux . Il a cependant beaucoup d’effets néfastes. Il permet le passage à l’acte de l’oppression sexo-séparatiste en toute tranquillité : femmes à la maison et sortie accompagnée de l’homme et sous voile ou très couverte (col près du cou, jupes très longues et manches longues obligatoires).

- Quant à l’évocation de l’islamophobie comme forme de racisme, elle n’a pas pour but de favoriser les généralisations à tous les musulmans de ce qui concerne que les orthodoxes ou les radicaux . Au contraire, il s’agit de refuser les amalgames précisément racistes entre les radicaux et les croyants émancipés des dogmes archaïques.

Perspectives

La lutte contre les intégrismes religieux est une composante de la lutte féministe pour l’émancipation. Elle s’insère d’ailleurs dans la lutte de classe et les luttes anti-impérialistes car précisément l’impérialisme, USA notamment, aide les intégrismes du sud pour diviser et empêcher l’émancipation. Lire sur ce site de Fethi GHARBI l’islamisme et l’Empire, un flirt qui perdure.

Christian DELARUE