Intégrisme : Contre certains juifs ceux dit « haredim »

vendredi 16 septembre 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 9%

Intégrisme : Contre certains juifs ceux dit « haredim »

Qu’il ne faille pas accuser globalement les juifs, les musulmans ou même les chrétiens au nom de leur religion, de leur identité religieuse est un interdit légitime et de plus légal. Il faut être vigilant sur ce point.

Qu’il ne faille pas critiquer certains membres d’une religion, qui d’eux-mêmes se particularisent par des pratiques fort contestables est illégitime. Ce serait créer en quelque sorte des intouchables !

Le fait d’appartenir à une religion ne donne pas des passe-droits de protection contre toute critique, surtout quand les « idées » se traduisent en actes et comportements réels nuisibles ; nuisibles contre les femmes et notamment les femmes hypotextiles, les athées mécréants, les homosexuels.

Il en va ici des intégristes juifs comme des intégristes musulmans ou les intégristes des autres religions. Un intégriste est un croyant qui se focalise sur des préceptes archaïques, rétrogrades, réactionnaires et hyperpatriarcaux (apologie de l’inégalité, de la hiérarchie et du séparatisme hommes-femmes).

Je reprends ci-dessous une critique pas trop ancienne concernant les intégristes juifs haredim :

Israël : Le sexo-séparatisme des « haredim » (« craignant Dieu »).

La discrimination contre les femmes prônée par certains Juifs ultra-orthodoxes, les « haredim » a dégénéré ces derniers jours, dans la ville de Beit Shemesh, près de Jérusalem, où vit cette importante population religieuse.
Mais qui son ces fauteurs de troubles ? Les « haredim » font partie d’une communauté composée d’hommes qui ne travaillent pas, mais qui se consacrent essentiellement à l’étude des textes sacrés, la charge de gagner un revenu retombant sur les femmes. Or ces dernières n’ont pas le droit de travailler dans un milieu mixte homme – femme, et de plus leurs très nombreuses grossesses (une moyenne de 10 enfants par foyer) rebutent les employeurs.
De plus la chasteté de la femme préoccupe énormément cette société ultra-orthodoxe. Elle doit non seulement cacher ses cheveux, ses bras et jusqu’à ses chevilles, mais le moindre contact physique avec un homme qui n’est pas son mari lui est interdit. L’homme « haredim » ne doit jamais se retrouver seul avec une femme autre que la sienne, et même en public tout contact physique avec une autre femme lui est défendu. D’où la création de passages piétons séparés pour les hommes et les femmes dans certaines zones haredim, et aussi l’organisation de bus dans lesquels la séparation des sexes est imposée, les hommes ayant des places réservées à l’avant, et les femmes à l’arrière.

Lire la suite sur :
Israël : la révolte de femmes contre la ségrégation sexuelle imposée par les « haredim » (« craignant Dieu »).
http://www.lepost.fr/article/2011/12/27/2668904_israel-la-revolte-de-femmes-contre-la-segregation-sexuelle-imposee-par-les-haredim-craignant-dieu.html

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/100112/israel-le-sexo-separatisme-des-haredim-craignant-dieu