Il y a 78 ans, la « Nuit de Cristal » - MRAP

samedi 12 novembre 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 13%

Il y a 78 ans, la « Nuit de Cristal » - MRAP

mercredi 9 novembre 2016

Le 9 novembre 1938 Hitler, au pouvoir depuis 1933, lançait à travers l’Allemagne et l’Autriche un pogrom officiel à l’encontre de tous les juifs vivant sur ces territoires. Le spectacle des synagogues pillées et incendiées, des livres brûlés, des femmes, des hommes des enfants, humiliés, déportés, frappés, assassinés sont restés dans toutes les mémoires. A l’époque la France avait occulté ces tragiques évènements. En ce jour de commémoration le MRAP tient à saluer la mémoire de ces victimes innocentes.

L’histoire n’a pourtant pas servi de leçon. Soixante-dix-huit ans après on assiste à travers le monde à un développement sans précédent du racisme, de la xénophobie, des discriminations, de l’exclusion, voire de projets de génocides sous l’aval de gouvernements parfois trop complaisants et même directement responsables : en Hongrie, le sinistre Orban ouvre la chasse aux musulmans, en Pologne le gouvernement utilise l’intimidation envers les historiens qui analysent cette période tragique des années trente et enfin le futur président des Etats Unis, au cours de sa campagne électorale, a inoculé son venin raciste en particulier aux enfants américains. Ce ne sont là que quelques exemples.

En France, avec les idéologues du Front National ou parfois la frange la plus réactionnaire du Parti Les Républicains (Laurent Wauquiez), le racisme est instillé, distillé et s’installe peu à peu dans les têtes. Il n’est pas étonnant que dans un tel contexte des agressions contre des centres d’accueils se multiplient tout comme les actes antisémites qui connaissent une fréquence rarement atteinte depuis les années cinquante.

Soixante-dix-huit ans après cette nuit de terreur, le MRAP tient à rappeler que la commémoration de la « Nuit de Cristal » doit être une leçon qui nous invite tous à combattre l’arbitraire et la haine. Et ce combat, c’est aujourd’hui qu’il faut le mener, demain il sera trop tard !