INTEGRISME RELIGIEUX : Gauche d’émancipation contre « gauche régressive »- C Delarue

jeudi 5 janvier 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 8%

INTEGRISME RELIGIEUX : Gauche d’émancipation contre « gauche régressive » (Maajid Nawaz).

Nous préférons parler de « gauche régressive » plutôt que d’islamo-gauchisme mais grosso-modo il s’agit quasiment du même secteur de défense des intégristes religieux musulmans. D’aucuns on évoqué la « plénélisation des esprits » eu égard au rôle du patron de Mediapart dans cette stratégie d’empêchement de la critique de l’islam et notamment de ses secteurs réactionnaires.

La « gauche régressive » est celle qui ne reconnait pas, par relativisme culturel, la violence de l’intégrisme religieux, notamment celui musulman . S’agissant de l’islam, elle est contre DAEC’H (évident) mais pas contre l’intégrisme musulman. Elle est pour la diversité qui introduit l’hypertextile mais pas l’hypotextile. Elle confond même l’affichage publicitaire sexiste avec la promotion de l’hypotextile libre !

La gauche d’émancipation lutte aussi contre le racisme et l’impérialisme mais aussi contre le fondamentalisme et l’intégrisme. Il peut s’appuyer sur plusieurs références, dont « La double impasse - L’universel à l’épreuve des fondamentalismes religieux et marchands » de Sophie Bessie (Ed La Découverte 2014). Lire « Socialisme contre une »double impasse«  : sortir du capitalisme financier, sortir des intégrismes religieux. »(https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/040415/socialisme-contre-une-double-impasse-sortir-du-capitalisme-financier-sortir-des-integrismes-r)

En remontant vers le passé, on note le point de départ de la gauche d’émancipation avec le texte « Quand la raison s’affole » et une opposition - qui fait référence à la séparation des sexes (le sexoséparatisme donc) - à l’Appel des Indigènes de la République. Daniel Bensaid, Samuel Joshua, et Roselyne Vachette écrivent en mars 2005 dans ce texte : « Dans la confusion qui gagne, il est décisif de continuer à défendre les distinctions capitales entre islamisme et islam, entre antisionisme et antisémitisme. » (in Quand la raison s’affole - Libération). (http://www.liberation.fr/tribune/2005/03/21/quand-la-raison-s-affole_513708 )

« Nous (eux et moi aussi - CD) ne cherchons pas à scruter les âmes et à sonder les arrière-pensées supposées » car notre critère est dans les effets concrets, au plus près des comportements réactionnaires justifiés par la religion , effet qui montre l’intolérance religieuse (ne pas manger ensemble car culture alimentaire différente) et surtout - le pire - l’autoritarisme patriarcal d’imposition du sexoséparatisme (réclusion des femmes à la maison et imposition de l’hypertextile).

Dans ce combat d’émancipation, les musulman(e)s progressistes ou de gauche se heurtent à la « gauche régressive » (Majiid Nawaz), celle d’accompagnement sociétal de l’intégrisme religieux islamique, (la « cfdt du sociétal » ai-je pu dire) soit par le silence, soit par la contre-critique des anti-intégristes reconnus, soit par l’accusation d’islamophobie des « intégristophobes ».

Notre critique du binarisme en matière d’interprétation de la religion est reprise ci-dessous.

Christian DELARUE

été 2016

Intégrisme, religion et logique binaire.

En matière de critique ou au contraire de défense de la religion on trouve très souvent en présence d’une logique binaire du type c’est bien ou c’est mal.

Au « je critique la religion » sans autre forme de distinction se trouvent opposés tout ceux qui disent « c’est mal de critiquer la religion » ou « c’est raciste de le faire ». Nous sommes dans une pensée binaire qui n’admet que des positions tranchées or ce type de pensée est fausse.

Oublier de procéder à des distinctions internes aux principales religions c’est pratiquer l’essentialisme, c’est globaliser trop aisément, c’est refuser de voir la diversité au sein de chaque monothéisme (pour se concentrer sur eux)« . »

Le binarisme dans ce champ d’étude s’oppose franchement à faire intervenir un tiers élément qui brise cette logique. C’est pourtant possible, et aussi plus proche de la vérité, lorsqu’on se met à distinguer les progressistes et les réactionnaires en matière de moeurs austères, rigides, autoritaires (ou non), voire - en plus complexe - les progressistes, les conservateurs et des réactionnaires et, pointe de l’iceberg, les terroristes religieux qui justifient eux la mise à mort des mécréants mais qui sont aussi sexoséparatistes - anti-sexisme ici - que les intégristes autoritaires dans la famille et le quartier.

C’est attristant de voir des personnes intelligentes se crisper sur une vision fausse qui voit - en ce moment - les musulmans comme ne devant subir aucune critique sinon c’est « islamophobie » ou, en sens inverse, comme étant des membres forcément réactionnaires au plan sociétal .

On peut toujours débattre de la pertinence ou du format de ce que je nomme « intégrisme religieux sexoséparatiste » (1) (et des autres formes) mais il y a au moins un gros avantage - antiraciste - qui veut que les croyants non intégristes ne soient pas assimilés et amalgamés à ceux qui le sont et qui méritent ferme critique, quoiqu’on puisse en dire . C’est peine perdue de vouloir interdire une telle critique puisque ceux qui sont l’objet perdurent d’année en année, depuis trois décennies, dans la défense et l’extension du sexoséparatisme le plus acharné, le plus oppressif.

Je vois que certains s’appuient sur Patrick Jean - son dernier texte surtout - sans l’avoir lu par ailleurs dans le passé dans ses divers combats anti-sexiste contre la prostitution, contre les publicités sexistes, contre la domination masculine en général. Evidemment, cela ressemble fort à de l’instrumentalisation pour faire taire. C’est loupé ! La critique d’un l’hyper-patriarcat défendu autoritairement et publiquement au nom de la religion (une interprétation) n’empêche nullement de combattre les formes plus cachées d’un patriarcat plus lié au développement du capitalisme.

Christian DELARUE

Sexoséparatisme et « intégrisme religieux sexoséparatiste » comme critique antisexiste et antiraciste.
http://amitie-entre-les-peuples.org/Sexoseparatisme-et-integrisme-religieux-sexoseparatiste-comme-critique