Gauche régressive qui critique plus Chalgouhmi et M Louizi que T Ramadan ou l’imam de Brest

mardi 15 décembre 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

« Gauche régressive » (formule de Maajid Nawaz)

Problème à gauche. On y critique plus Chalgouhmi et Louizi que T Ramadan ou l’imam de Brest !

M Tariq Ramadan tient des propos réactionnaires en matière de moeurs, de type nettement sexoséparatiste (cf video « que regardez-vous dans les piscines ? »), ce qui le classe non seulement comme conservateur mais nettement intégriste.

Par contre M Chalgouhmi lui est nettement critique des imams qui débitent des positions autoritaires et inégalitaires entre hommes et femmes (cf entretien sur amitie-entre-les-peuples. org) ce qui le classe comme progressiste sur ce plan.
Or on s’oppose vertement et avec pugnacité sur Médiapart à Monsieur Louizi un musulman devenu progressiste alors qu’il était intégriste chez les Frères Musulmans au lieu de l’encourager contre sa bataille contre l’intégrisme. Pire on ne cesse de lui mettre des bâtons dans les roues. Par contre on bavarde poliment avec l’intégriste Ramadan. Cela mérite explication.

C’est que les choses changent sur d’autres domaines, mais ce n’est pas une raison !

Au plan de la politique économique et de la politique internationale M Tariq Ramadan revient un peu à gauche - pas beaucoup sauf erreur - face à M Chalgouhmi et plus encore sur la question palestinienne qu’en matière économique d’ailleurs, car si M T Ramadan est allé dans des Forum alter je ne l’ai jamais entendu soutenir des positions de gauche en économie. Dans son livre déjà ancien avec M Gresh, il n’y a rien d’altermondialiste.

Je sais juste qu’il est plus pro-palestinien que M Chalgouhmi - et là encore c’est flou - mais d’être pro-palestinien - ce que je suis aussi - ne doit pas faire oublier le reste. Cela est dur à entendre au sein d’une certaine gauche qui priorise un type de lutte et donne dans un neo-campisme pro-islam sans nuance (binarisme interprétatif de la religion).

D’une part, il y a beaucoup d’intégristes sexoséparatistes chez les musulmans palestiniens et pro-palestiniens.

D’autre part, il y a aussi de l’antisémitisme dans les soutiens pro-palestiniens (cf BDS 34) et donc là aussi il faut faire attention surtout avec la montée de Soral et Dieudonné chez les couches sociales modestes et peu instruites.

De la difficulté de la critique de l’intégrisme religieux

Ce positionnement contradictoire dans les rapports de domination rend difficile la critique des intégrismes. Car il y a hiérarchie des positions avec prééminence de l’international sur l’économie et de ces deux secteurs sur le genre (les rapports sociaux inégalitaires de sexe).

Cela fait plusieurs années maintenant que je critique l’intégrisme religieux sous ses différentes formes d’ordre moral autoritaire et hyper-patriarcal. Je vois bien que cette critique est difficile car coincée entre deux jusqu’au-boutismes celui de l’extrême-droite raciste et celui de la gauche communautariste sympathisante des musulmans sans exception, y compris les intégristes voire les fondamentalistes car ils luttent contre Israel colonisateur de la Palestine.

La notion d’ordre moral indique un net souci d’ordre autoritaire en matière de moeurs mais pas en économie ou les même se montrent souvent libéraux voire affairistes, donc problème. La notion d’ordre moral se rattache au patriarcat le plus archaïque celui qui infériorise les femmes et qui s’attaque aux droits des femmes conquis pendant plus d’un siècle et surtout ces dernières décennies.

L’intégrisme religieux relève d’une crispation réactionnaire face aux conquêtes féministes notamment les dernières, ce que M De Singly a appelé la « seconde modernité ».

Christian DELARUE

9 nov 2015