Faut-il une loi anti-string seulement à l’Université ?

dimanche 18 septembre 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 11%

Faut-il une loi anti-string seulement à l’Université ?

« Le voile serait-il à la musulmane ce que la feuille de vigne est à Eve : un misérable cache-sexe ? » C’est là la première phrase de la Préface de « L’école à l’épreuve du voile » le livre de Nadia Geerts (Ed Quartier libre 2006). Cette « feuille de vigne », que l’on dira string en langage moderne, permet, dans une certaine mesure, de chercher la limite entre racisme et non racisme.

Lorsqu’il y a interdit circonscrit et non général sur un vêtement on peut avancer qu’il n’y a pas racisme. Ce n’est pas vrai tout le temps. Mais c’est là un objet ou une piste de recherche critique sur les limites du racisme et de l’antiracisme.
Par ailleurs, un vêtement se met et s’enlève, sauf exception, relativement librement. Ce n’est pas un fatum biologique, sauf sous-culture rigide.

- Commençons donc par une hypothèse : Faut-il une loi anti-string seulement à l’Université ? Si oui vous risquez peut-être, selon la logique de certain-e-s, d’être traité de raciste de type stringophobe ! Une loi anti casque intégral (sur la tête) dans les amphis ? Simple mesure administrative sans enjeu ou mesure gravement privative de liberté !

- Poursuivons : Pour une loi anti-voile à la fac vous allez dire que çà vise que les musulmanes et que c’est islamophobe. Bouh le vilain ! Eh bien non ! Pas nécessairement. Pourquoi ?

- 1 ) Toutes les musulmanes ne se voilent pas. On vise une minorité à comportement hypertextile offensif et exhibé (libres ou forcées) sans critiquer toutes les autres musulmanes.

- 2) Il n’y a pas que les musulmanes à se voiler (cf les juifs haredim exigent le voilage des femmes juives ou non juives)

- 3) L’interdiction de principe (avec exceptions possibles) serait universelle et porterait sur l’hypertextile de toute personne, de toute croyance (ou non) et dans des lieux précis (en intérieur et même juste les salles et amphis pour certains) : pas de casque intégral sur la tête ou de bonnet ou de voile dans les amphis pourrait-on alors dire !

- 4) Elle ne serait évidemment pas totale mais localisée : On pourrait se balader ailleurs en casque intégral sur la tête (visière relevé yeux visibles) et hypertextile, en plein été dans toutes les rues de France sans souci . Pas de voile (comme des badges syndicaux) à la réception du public dans les entreprises privées (principe avec exceptions possibles).

Dans la rue, on vous regardera certes d’un oeil bizarre comme on peut regarder une femme hypertextile de toute confession et comme on peut regarder une femme en string seins nus dans la rue . Mais ce qui compte - j’insiste - c’est le refus de l’insulte, de l’injure et même de toute remarque y compris faussement positive (stroke en plastique en AT). Refus de toute agression physique à fortiori . Bref comportement courtois et civilisé à l’encontre des individu-e-s atypiques !

Christian Delarue
( qui n’a pas de position - ni pour ni contre- sur ce projet ou proposition de loi antivoile universaliste)

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article151667


Brèves

30 août 2016 - Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes

Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes - (...)

26 janvier 2016 - Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles

Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles et la solidarité (...)