Exigence démocratique ici et là-bas ! Monde multipolaire, Déconnexion démocratique.

lundi 21 février 2011
par  Amitié entre les peuples
popularité : 13%

Exigence démocratique ici et là-bas ! Monde multipolaire. Déconnexion démocratique.

Contribution pour ATTAC.

La révolution multidimensionnelle.

Marine Boudet dans sa contribution sur la stratégie altermondialiste (1) signale à propos des révolutions en cours dans le monde arabe : « Il s’agit d’une révolution culturelle dans la mesure où des peuples du Sud se libèrent de carcans ancestraux (patriarcaux, intégristes...) instrumentalisés par le néolibéralisme et deviennent des sujets agissants et créateurs, aux yeux de l’opinion internationale. » C’est effectivement une dynamique en cours qui n’est pas encore aboutie. Des résistances perdurent, y compris en Tunisie, mais on ne saurait se cacher derrière elles pour mépriser le vent démocratique qui souffle. Par ailleurs ces révolutions sont politiques puisqu’elles visent à écarter les dictateurs pour fonder des Etats démocratiques. Elles sont aussi anti-impérialistes dans la mesure ou derrière le rejet des dictateurs se profile nettement le rejet des grandes puissances qui les soutenaient. Elles sont potentiellement anti-capitalistes ou du moins sociales dans la mesure ou ces peuples sont pauvres et réclament une répartition des richesses. Il s’agit là de tendances qui peuvent être brisées demain.

La révolution du peuple et des peuples.

Ces processus révolutionnaires ont réhabilité tout à la fois le peuple et les peuples (2) comme acteur politique . Les classes sociales n’ont pas disparues pour autant et pas plus la dimension de genre mais pour l’heure ce sont les peuples qui se sont levés. D’ailleurs ce qui les définit au-delà de la notion de peuple-nation institué c’est précisément ce surgissement sur la scène nationale et au-delà sur tout un continent. Sur ce point, il faut remarquer que ces soulèvements populaires sont à la fois spécifiques (national) et connectés au monde (web mondial) mais avec un décalage temporel. Le peuple tunisien a ouvert le feu et il y a eu transcroissance des soulèvements populaires. Le peuple égyptien est venu à son tour dire « dégage » à son dictateur. Et l’on sait qu’ici ou là des peuples sont en voie de soulèvement : Libye, Maroc, Yémen,... L’histoire est en cours.

Un monde multipolaire.

Au plan économique on évoque les quatre grandes puissances dominantes . Les USA sont notamment concurrencées par la Chine et l’Inde. Une telle vision positiviste est à critiquée car elle fait l’impasse sur les fossés économiques profonds qui clivent chaque pays, chaque formation sociale. Au plan militaire les USA qui anime l’OTAN sont leader. Mais on ne saurait désormais s’arrêter là. En effet, la montée du fait démocratique là ou cela était inattendu permet de valider l’idée de « monde multipolaire » au lieu et place de la vision du Choc des civilisations ( Occident capitaliste contre Orient islamique).
Qui dit monde multipolaire dit construction de zones continentales avec des exigences démocratiques élaborées sur des différences culturelles, des histoires locales différentes. On évoquera en Amérique latine une démocratie dite inclusive (Bolivie, Equateur...) qui demeure inconnue en France. Des continents vont connaitre des modes de vie différenciés mais en communication interculturelle. Ces considérations n’effacent nullement les conflits de classes sociales ni les perspectives d’aller vers un au-delà de la démocratie libérale (trop liée au maintien du capitalisme) à l’instar de ce qui se fait en Amérique latine.

Des répercussions attendues en France.

La critique du néocolonialisme français en Afrique monte avec force. Le « franc CFA » y est critiqué au moment même ou l’euro est lui aussi critiqué en Europe. Cette critique va venir s’entrechoquer frontalement aux politiques autoritaires et xénophobes en France. C’est pourquoi les altermondialistes sont attendus non seulement au plan mondial notamment pour valider une taxation des transactions financières mais ici pour faire reculer le sarkozysme et la françafrique. En ce sens, si l’abolition du néocolonialisme francophone est l’objectif des peuples africains comme il est aussi celui d’acteurs français dont Survie et le MRAP et d’autres encore. Notre responsabilité est certes de refuser fermement par exemple les « discours de Dakar » (sur l’homme africain) mais aussi et surtout de promouvoir une politique ouverte d’immigration. Il importe, puisque l’on met l’accent sur le fait démocratique, de soutenir les initiatives qui visent à donner une citoyenneté aux résidents extracommunautaires (hors UE), une citoyenneté déconnectée de la nationalité, une citoyenneté fondée sur la résidence durable sur le territoire. 

Les tâches sociales et écologiques accompagnent les tâches démocratiques contre le néolibéralisme.

La démocratie se réfère à l’intervention citoyenne mais aussi à l’affection de droits dits démocratiques qui sont plus ou moins étendus et sujet à bataille comme celle des retraites en 2010. Mais il y en a bien d’autres. On cite souvent la RTT et pour de multiples raisons. Mais, au regard de nos débats internes, c’est un autre sujet qu’il faut évoquer. En effet il importe d’avancer de façon équilibrée sur des sujets qui font clivages. Si ATTAC entend promouvoir l’ESS souvent soucieuses du développement durable ainsi qu’il l’a fait ces derniers mois, il ne saurait rester timide sur la nécessité de s’opposer aux privatisations afin de construire et reconstruire des services publics. C’est d’ailleurs le but de notre participation aux EGSP (Etats généraux des services publics). Ces services publics doivent sortir de la dégénérescence néolibérale qui les met au service des entreprises capitalistes alors que leur fonction tient à satisfaire directement les besoins sociaux des populations sans se caler sur une logique de profit ni même de solvabilité. C’est d’ailleurs à ce titre que l’on pouvait jadis parler avec un peu de sérieux de missions d’intérêt général.

La dialectique national-continental.

Dans de nombreux domaines, on ne saurait lâcher la proie pour l’ombre et l’Etat social institué pour la seule Economie contractuelle qui a sa place assurée. En matière bancaire, en matière énergétique, en matière de logement social, d’eau, de transports et dans d’autres secteurs l’idée d’appropriation publique, locale ou nationale (nationalisations) et de pôle public fait son chemin parallèlement à l’idée de souveraineté populaire. Notons que la vision d’une Europe bureaucratisée et éloignée de toute référence démocratique et sociale signe le sens d’une impasse pour les peuples-classe de France et d’ailleurs. On peut le regretter mais c’est ainsi. L’Europe est de plus en plus l’affaire des libéraux et des classes dominantes et ces élites ne comptent nullement proposer des amortisseurs de crise puisque bien au contraire ils en profitent pour poursuivre les démantèlement des dispositifs de sécurisation sociale. Cela favorise la montée du fait démocratique dans un cadre national qui demeure toujours pertinent pour agir et ce malgré la présence d’un Sarkozy, véritable césar « démocratique ». Pour autant il ne s’agit pas d’abandonner la perspective d’une autre Europe. C’est la situation actuelle bouchée qui nous impose ce cours nouveau. D’autres facteurs y incitent : Le manque de volonté politique de la Grèce de l’Italie, de l’Espagne et du Portugal à se dégager des diktats du FMI et de Bruxelles alors que la cure d’austérité est drastique dans ces pays. Le volontarisme de la Hongrie est parallèlement à noter alors qu’il s’agit d’un gouvernement conservateur. Mais on sait que les droites défendront toujours les classes dominantes.

L’altermondialisme se doit donc d’articuler de façon nouvelle des propositions au niveau national, continental et mondial. Et veiller à tenir tous les bouts. S’agissant de la France son rapport à l’Afrique doit radicalement changer.

Christian DELARUE
mbre du ca d’attac (mrap)

1) Non encore publiée. Elle répondait à celle de Jean-Marie HARRIBEY, « Pour sortir de la »Folle Epoque« , il faut reconstruire une stratégie », janvier 2011
http://attac2.attac.org/fr/groups/wiki/jean-marie-harribey-pour-sortir-de-la-folle-epoque-il-faut-reconstruire-une-strat%C3%A9gie

2) Il(s) se lève(nt) : Le peuple, les peuples.
http://www.legrandsoir.info/Il-s-se-leve-nt-Le-peuple-les-peuples.html

et : « Derrière le peuple, le peuple-classe ».

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1565