Emprise, soutane et signe ostensible de religion pour tous et toutes ! C Delarue

lundi 11 janvier 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 15%

Emprise, soutane et signe ostensible de religion pour tous et toutes !

Résumé - La soutane d’alors ne constituait pas une emprise car il ne s’agissait pas de tous les croyants potentiels de cette religion mais des seuls curés et nonnes. Mais il peut en être autrement pour d’autres religions qui « fonctionnent » elles différemment.

Ce texte constitue une contribution modeste à la notion d’emprise de la religion et ce sous un double sens, par la religion et le signe ostensible de religion mais aussi par un sexisme hyperpatriarcal et des tenues hyper-textiles imposées aux croyantes. Si le voile islamique porté chaque jour, tous les jours, toute la vie, de 10 à 90 ans peut apparaitre comme une très lourde contrainte alors les tenues très couvrantes dites hypertextiles sont bien pires encore. Le tout relève, on la dit souvent, d’une conception sexoséparatiste des humains, la version « hard » étant la réclusion des femmes à la maison.

La soutane dans la France d’avant 68 ou une emprise religieuse limitée.

Dans la France d’avant 1968 (grosso modo) dont la subculture catholique était plus visible, plus pesante, le port de la soutane ne constituait néanmoins pas une emprise lourde, forte et étouffante car il ne s’agissait pas de tous les croyants et croyantes de cette religion. L’habit spécifiquement religieux concernait les seuls religieux, les curés de tout grade et les nonnes. Mais on peut concevoir - et l’expérience des deux dernières décennies dans le monde, nord et sud, y vient en appui - qu’il en soit autrement avec d’autres religions, celles qui n’ont pas d’appareil permanent et professionnalisé de défense du dogme ou celles qui ne distinguent pas en la matière les simples croyants des élites affectées à la reproduction du dogme. Quand le simple croyant est en quelque sorte embrigadé par la religion pour être son vecteur, son étendard dans la société, le risque d’emprise sociétale est évidemment plus important.

Avant de bien mesurer la vérité de cette thèse, il faut savoir si on est ou non dans une société globale laïque, autrement dit savoir si - hypothèse de la laicité - la société politique (l’Etat en fait mais ce pourrait être d’autres institutions communes) est neutre car maison commune de tous et toutes et la société civile laissée elle à l’affrontement des libres expressions des consciences (avec des aménagements de protection toujours possibles dans la société civile comme dans l’école, collèges et lycées - cf loi du 15 mars 2004 en France qui est définie comme loi d’encadrement de la laïcité).

La situation est évidemment différente avec les sociétés ou les religions sont partout ou aucun espace de respiration n’est laissé aux autres, les autres étant ceux et celles sans religion qui sont totalement ignorés voire méprisés par une athéophobie implicite ou explicite. C’est le cas notemment de Jérusalem qui est sous emprise pluri-religieuse même si les touristes ont le droit de se promener en tenues civiles moyennant le respect de règles de « pudeur » pour les femmes (épaules couvertes, pas de décolleté, jupes au genoux), règles jugées encore insuffisantes par les intégristes religieux.

Emprise en lien avec d’autres signes religieux ostensibles.

Les curés et les nonnes portaient jadis constamment une soutane, non seulement dans l’église et dans le couvent mais aussi dans la rue et ce port de ce que l’on nomme désormais « signe ostensible de religion » (1) dans la rue a suscité des réactions de la part des partisans d’une plus grande sécularisation qui auraient voulu interdire ce port dans la rue pour le réserver à la sphère strictement privée et aux lieux de cultes et, le cas échéant, aux cérémonies religieuses extérieures comme le trajet des enterrements entre l’église et le cimetière et d’autres cérémonies plus rares encore Ils n’ont pas eu gain de cause au plan juridique mais dans le réel de la vie la sécularisation a fait une avancée et les soutanes sont nettement plus rares.

Il n’empêche qu’elles ne pouvaient guère être menaçantes d’une emprise totale sur la société civile car dans la religion catholique les simples croyant(e)s restent en tenues civiles. On trouve très très rarement , chez les croyant(e)s catholiques, ceux et celles qui portent une très grosse croix bien ostensible qui les transforme en soldat(e)s du Christ. C’est si rare, comparativement à d’autres religions à port de signes religieux ostensibles généralisé, et ce sur plusieurs pays, que l’on peut estimer, l’emprise religieuse comme étant très réduite, globalement acceptable, non inquiétante de par un risque de recouvrement totalitaire de religion. Soit l’emprise quasi totale.

Les intégristes catholiques existent mais agissent par d’autres moyens, notamment en voulant interdire l’IVG, en voulant implanter des crèches dans les mairies, en manifestant contre les films blasphématoires, etc. Ils ne cherchent pas, comme les intégristes musulmans et au-delà les islamistes à ce que les croyantes et au-delà toutes les femmes soient toutes voilées et en jupes longues, en hypertextile donc. Là l’emprise de la religion par des signes religieux ostensibles se double d’un large recouvrement corporel obligé des « bonnes musulmanes », d’une « hypextilisation » des femmes. A défaut, ces croyantes trop libres deviennent des mécréantes, de « mauvaises musulmanes » qui risquent non seulement l’enfer de l’au-delà mais surtout l’enfer des intégristes ici.

Position - Emancipation contre tous les autoritarismes !

Avec la montée du FN, il importe à la gauche et aux forces sociales de progrès et d’émancipation - syndicales, altermondialistes, ou « sortie de l’Euro » versus émancipation populaire - de combattre ce qu’ on pourrait appeler de façon générique les « secteurs autoritaires et réactionnaires des religions » tout autant que le FN mais aussi l’état d’urgence permanent de Monsieur Hollande. Trois rejets bien différents, la chose est entendue et devra être précisée ensuite, en marchant.

Le danger FN est connu mais nombreux sont ceux et celles qui font appel à lui, non pas pour la liquidation des conquêtes sociales au profit de la finance prédatrice, mais pour s’opposer à la montée des intégrismes religieux. Il revient à la gauche et aux autres forces de trouver les voies et moyens de cette lutte tout en évitant naturellement les travers du racisme et de la xénophobie. Cette recherche doit être active et rapide car le double danger est montant.

DAECH et les intégrismes religieux

Répondre à DAECH a sa dimenssion géopolitique et solidaire du sud (anti-impérialisme grosso modo) mais elle n’est pas la seule. Il faut aussi combattre les intégrismes religieux. Ce n’est pas qu’une question de laîcité ou de féminisme - ce qui n’est pas rien - c’est une question de vie commune hors des diktats d’un hyperpartriarcat religieux. Ce ne sont pas ici les croyants qui sont visés mais une minorité d’ultra-conservateurs, d’intégristes au sens générique.

Nous préférons ici intégrisme (effets sociaux des interprétations religieuses) à fondamentalisme (type d’interprétation à la source religieuse) mais c’est un débat secondaire

Le terme intégrisme se rapporte conceptuellement et historiquement aux dérives autoritaires et réactionnaires des religions. On trouve aussi des extensions du concept à d’autres champs pour indiquer une ou des dérives par rapport au concept initial mais ces extensions du sens ne sont que des figures de style qui affaiblissent la portée scientifique-critique du terme intégrisme lié aux religions. Il faudrait même rapporter ce lien surtout aux grands monothéismes avant d’envisager une extension de sens aux autres religions.

Le terme intégrisme semble être employé en un sens générique, soit un sens large qui rassemble 1) les intégristes religieux stricto-sensu (réactionnaires au sein de la famille, du quartier, de la piscine, etc..., 2) les intégristes religieux intervenant aussi et surtout politiquement dans la société politique (soit les islamistes pour le monde musulman) et 3) les terroristes prenant appui sur la religion pour tuer. Il faut savoir - pour répondre à la critique de l’amalgame - que des différences fortes existent entre ces trois courants réactionnaires mais qu’il existe aussi en vérité un réel point commun dans la contre culture réactionnaire de type sexoséparatiste « hard » ou « soft » qui est une véritable obsession culturelle-religieuse hyperpatriarcale mondialisée. A ce jour ce sont surtout les juifs haredim et les musulmans sexoséparatistes qui forment le gros du bataillon intégriste mondialisé.

Christian DELARUE

« signe ostensible de religion » est une formule qui n’existait pas encore massivement avant 2003 et 2004 mais certains ont peut-être utilisé la formule bien avant 2003-2004 mais ce n’était pas massif

L’état d’urgence de Monsieur Hollande constitue une grave entrave aux capacités de riposte populaire du peuple-classe français contre la finance privé et la Troïka lors d’une très probable agression d’ampleur organisée à l’image de la guerre économique (prédation générale, transferts de fond bancaires vers les créanciers, assèchement de l’économie, privatisation, sévères politiques austérité au profit des requins de la finance) menée contre le peuple 99% d’en-bas de Grèce ces dernières années.