Elargissement altermondialiste à long terme - Jalons spécifiques pour une autre Europe ! C Delarue

vendredi 10 octobre 2008
par  Amitié entre les peuples
popularité : 9%

Elargissement altermondialiste à long terme ;
Jalons spécifiques pour une autre Europe !

- Pour une Europe sociale, solidaire et ouverte, qui défende les droits sociaux des résidents, la laïcité et le féminisme.
- Pour une Europe hors l’OTAN mais avec la Turquie (si elle le veut).

Contribution personnelle de Christian Delarue (*)

Cadre : Le débat se développe dans ATTAC sur l’autre Europe à construire. Au niveau européen Sarrebruck (Université des ATTAC d’Europe) et Malmö (dernier FSE) participent à la constitution d’une nouvelle conscience politique altermondialiste . Un collectif d’organisations diverses dont le MRAP est membre se propose de dresser l’ensemble des alternatives nécessaires pour une autre Europe qui construise un autre monde que celui de la finance et de la marchandisation. Le groupe « Migrations » du Conseil scientifique d’ATTAC France a produit un livre écrit par certains de ses membres. Je partage la très grande partie de son contenu ; je critique juste le fait qu’il n’y ait pas un mot sur la laïcité et sur les droits des femmes dans le chapitre sur la culture.

Qu’est-ce que l’Europe ? Des institutions, un territoire, une population et un sentiment d’appartenance . Le regard ici porté en premier lieu sur l’Europe néglige volontairement les institutions - l’Union européenne - et les politiques menées par elles (en notre nom) . Ce n’est qu’ensuite que l’on abordera la critique que l’on peut en faire ainsi que les alternatives à promouvoir. La population européenne pratique largement l’exclusion en interne des Roms notamment (fait assez peu dénoncé dans le mouvement altermondialiste) et en externe celle des migrants extra-communautaires. L’Europe sous cet aspect est un territoire aux frontières dures face aux migrants mais changeantes au grè de ses élargissements. A propos d’élargissement, l’entrée de la Turquie est un élément essentiel d’une Europe altermondialisatrice. L’Union européenne n’est pas réservé aux pays riches et aux pays chrétiens ou athées. Je renvoie à :
VAINCRE LA PEUR DES MUSULMANS EN EUROPE
ou FAUT-IL AVOIR PEUR DES MUSULMANS EN EUROPE ?

* I - EUROPE : DE COMMUNAUTÉ A SOCIÉTÉ, AVANÇONS !

La question Europe des peuples ou Europe des Nations détermine souvent des positions relatives aux institutions notamment sur la perspective fédérale ou confédérale pour l’Europe mais auparavant, et en mettant provisoirement entre parenthèse les institutions, ne faut-il pas se demander de quel type de groupements relève l’Europe comme continent ? Quittons l’analyse politique et juridique pour un bref détour sociologique (1).

Les groupement humains relèvent alors de deux types de relations sociales qui se nomment communauté et société . La différence entre ces deux grands grands concepts introduits par Tönnies porte sur la volonté des hommes qui créent la collectivité : volonté organique et volonté réfléchie. Alors que la volonté réfléchie est caractérisée par la réflexion, la volonté organique résulte de l’accoutumance et des souvenirs qui spontanément déterminent à la fois la fin et les moyens. Une société n’est formée que par la mise en débat de l’adéquation des moyens aux fins alors que la communauté existe d’emblée du fait des liens sentimentaux et affectif. Dans la société la solidarité se forme par accord formé à partir de l’hétérogène sur une base rationnelle alors que dans la communauté la solidarité est mécanique, directement issue de l’homogénéité du groupe humain, de sa cohésion profonde. La communauté peut prendre un sens extensif qui met en avant le sentiment subjectif d’appartenance à une collectivité. On abandonne alors la communauté restreinte qui baigne dans l’affectif et les sentiments.

Dans un sens extensif on évoque en général la communauté nationale ou le sentiment européen mais aussi la grande communauté des croyants à propos de l’islam. Mais le fait communautaire recule avec des contradictions complexes du fait de la montée relative de la réflexion politique des peuples contre le néolibéralisme et l’eurolibéralisme.
La communauté des musulmans, résiste au désenchantement du monde par une réaffirmation identitaire religieuse forte mais subit néanmoins la montée de l’individualisme moderne articulé à la consommation marchande de masse ou à défaut à ce qu’elle propose en rêve . En fait la marchandisation du monde et ses fétiches a contribué à saper plus sûrement les piliers de la tradition de cette communauté que l’introduction de doctrines rationnelles type marxisme, féminisme, démocratisme, ou athéïsme. En conséquence, la communauté musulmane mondiale se diversifie et se particularise. Seul l’islam radical semble conserver une cohérence théologique et politique qu’il aimerait bien imposer à l’ensemble des musulmans de la planète.
Le sentiment d’appartenance à l’Europe est ambivalent : à quelle Europe a-t-on le sentiment d’appartenir au regard du faible contenu démocratique et social ? Il s’agit de construire une société européenne contre l’Europe-communauté faite de représentations fondée historiquement sur le « marché commun », le christianisme, l’ anti-soviétisme et le fait colonial. Il s’agit alors de fonder d’une autre Europe tant au plan institutionnel que culturel. ATTAC et les FSE participent activement de cette construction à côté des syndicats, des associations et certains partis de gauche.
Concernant la nation on assiste à sa relativisation en tant que sentiment d’appartenance donc comme communauté et ce au profit d’une formation d’une société . Cela tient pour une part mineure à l’emboitement des sentiments d’appartenance - vers le bas la région et vers le haut le continent l’Europe et même le monde - mais aussi et surtout par la montée du fait démocratique et la citoyenneté .

*

II - NATION : REPOUSSER LE PIRE ET APPROFONDIR ET ETENDRE LE MEILLEUR !

La nation entre communauté et société combine passions et raison démocratique. La passion, pas mauvaise en soi, a nécessairement un impact négatif sur la place de la raison démocratique lorsqu’elle est fortement instrumentalisée en un sens xénophobe et anti-musulmans. « Subjectivement, la nation se présente sous les espèces de représentations et d’affects fréquemment générateur de passions » dit Fougeyrollas (2) et les passions tirent les groupements humains vers la communautarisation - une forme sentimentale grégaire du vivre ensemble que vers la construction nécessairement réfléchie d’une société .

Pour Dominique Schnapper cette évolution ne met pas fin à la nation comme construction historique . Ce changement participe à la création de la nation moderne, celle des citoyens . Pourtant l’auteure parle de « communauté des citoyens » (3) et non de société des citoyens car la nation même moderne mélange raison et passion . N’est-ce pas relativiser - justement - la conquête de la raison démocratique issue de la Révolution de 1789 ? Pourtant cette conquête est réelle : La double reconnaissance d’une part du fait démocratique, nécessairement très restreint dans les démocraties libérales (4) et d’autre part des conflits de classes ( ) via l’existence de syndicats et du droits de grève a enclenché un processus lent de la communauté à la société. Mais il s’agit d’un processus complexe non abouti . D’une part on assiste à des régressions démocratiques au profit des mécanisme de gouvernance (5). Côté passion : l’identité nationale qui a servi à combattre la lutte des classes sert aujourd’hui à contrebalancer la passion émergente (faite aussi de raisons !) pour un nouveau socialisme du XXI ème siècle (6) au profit de l’Etat policier ou sécuritaire (en interne) (7) et du sécuritarisme (en externe- 8 ) et de l’anti-islamisme viscéral rationalisé à l’aide de la pseudo théorie du Choc des civilisations .

Le Manifeste du parti communiste de Marx et Engels déclarait : « Les ouvriers n’ont pas de patries. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, devenir lui-même la nation, il est encore par là national, quoique nullement au sens bourgeois du mot ». De fait la nation reste un cadre pertinent pour l’appropriation publique mais il est avéré par un siècle de socialisme autoritaire « dans un seul pays » (Staline) que le néo-socialisme (6) -si l’on veut bien du terme - ne pourra qu’être continental voire mondial. Ce qui signifie que la transcroissance des luttes au-delà du cadre national est un impératif stratégique, tout aussi stratégique que la conquête du pouvoir d’Etat national qui ne peut aboutir dans son projet alternatif sans un fort soutien populaire et un contexte continental favorable. L’Europe des peuples, des peuples-classe (9 ) est une étape transitoire vers le néo-socialisme vert.

*

III - AVEC l’EUROPE, CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ VÉRITABLE A UNE ÉCHELLE PERTINENTE POUR LA TRANSFORMATION DU MONDE

Construire politiquement une société c’est sortir de l’invocation Europe,Europe, Europe qui constitue une communauté mythique qui cache le pouvoir et la domination d’une minorité. Construire l’Europe comme société c’est vouloir par le débat rationnel et démocratique autant que par les mobilisations citoyennes fonder une humanité avec des droits reconnus à tous et toutes. L’échelle pertinente de l’efficacité de l’action altermondialisatrice aujourd’hui est le continent, et pour nous l’Europe. L’axe stratégique du mouvement altermondialiste passe nécessairement par la constitution d’une autre Europe. Affirmer, « la changer ou en sortir », ne peut que signifier que l’autre Europe ne saurait se construire sur les base de l’Union européenne et de ses traités et non se replier sur la Nation française.

L’Europe ne constitue pas le seul pôle de transformation du monde pour un changement des logiques dominantes dans le monde . L’Amérique latine constitue sans doute le continent le plus mûr pour la révolution socialiste du XXI ème siècle. Et il est fort probable que cette construction ne soit pas identique à celle qui pôurrait se mener en Europe.

Enfin, l’apparition de zones continentales intégrées ne signifie pas la fin de l’internationalisme marxiste mais sa transformation. Au plan organisationnel, on se dirige vers une combinaison des contestations du monde qui passe par la rencontre des acteurs sociaux revendicatifs dans ou hors les Forums sociaux.

Pour une réelle Europe société qui construise un monde viable pour tous et toutes, deux grands axes sont à développer : Pour une Europe sociale, solidaire et ouverte, qui défende les droits sociaux des résidents, la laïcité et le féminisme. Pour une Europe hors l’OTAN mais avec la Turquie (si elle le veut).

Christian Delarue est délégué du MRAP co-fondateur d’ATTAC, membre du CA d’ATTAC France, membre du BE et du CA du MRAP.

Notes :

1) Détour qui donne une assise conceptuelle à des contributions précédentes :

Nation, peuple, communauté. - C Delarue

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article351

Mondialisation, communauté et immigration

http://www.france.attac.org/spip.php?article6358

2 ) Relire « La Nation » de Pierre FOUGEYROLLAS 20 ans après ! - C Delarue

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article358

3) "La Communauté des citoyens - Sur l’idée moderne de nation" Livre de Dominique Schnapper - note de Thomas Roman (*)

http://www.parutions.com/pages/1-4-93-3776.html

4) Sur la démocratie restreinte
DEUX CONCEPTIONS DE « L’AUTRE DEMOCRATIE » -

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article218

5) Gouvernance ATTAC Savoirs : Démocratie

http://www.france.attac.org/spip.php?rubrique1031

Sous-rubriques :Démocratie et altercitoyen www.france.attac.org/spip.php?rubrique1036

Démocratie et économie

/www.france.attac.org/spip.php?rubrique1035>

Démocratie libérale, gouvernance /www.france.attac.org/spip.php?rubrique1032
L’’alterdémocratie / l’autre démocratie

www.france.attac.org/spip.php?rubrique1033

6) Vers un néosocialisme vert : Etendre le marché ou le circonscrire ? -

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article354

7) Etat policier, Etat sécuritaire Références sous « Sur les violences policières » Exposé de Christian DELARUE au CA du MRAP de juin 2008

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article404

8)Derrière le sécuritarisme, l’impérialisme ! -

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article301

9) Pour une approche du peuple-classe - C Delarue

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article408

nb : On peut parler de conflits classe intégrés au sens ou la conflictualité sociale est organisé étroitement pour en circonscrire sa portée. Elle doit bien s’exprimer mais pour s’intégrer au système, pour maintenir sa logique profonde et non pour rompre avec lui. La lutte de classe intégré se combine au syndicalisme d’accompagnement social. Le meilleur exemple est celui de la « lutte de la feuille de paye » ou la lutte avance et recule de semestre en semestre car jamais un mécanisme d’indexation pertinent n’est proposé pour que la lutte de classe débouche en cas de succès sur une réforme de rupture, qui stabilise une conquête sociale conséquente face au patronat.

L’emboitement des sentiments d’appartenance sus-relaté peut s’opérer sur un mode de la peur instrumentalisée qui n’est plus celle du communisme mais de l’islam confondu avec l’islamisme radical.. Face à l’islam nécessairement archaïque la droite réactionnaire cherchera à construire une Europe blanche et chrétienne ou du moins anti-musulmans (a). En un sens la diffusion des éléments de pseudo théorie du Choc des civilisation est venue conforter un sentiment national de repli en réaction à une européanisation critique, celle d’une Europe altermondialisatrice pour reprendre la formule d’Etienne Balibar (b)

a) FAUT-IL AVOIR PEUR DES MUSULMANS EN EUROPE ?

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article406

b) Pour l’Europe altermondialisatrice - Thèses d’E Balibar

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article411