Distinguer les musulmans des organisations islamiques - D Collin

dimanche 17 juillet 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 11%

Distinguer les musulmans des organisations islamiques - D Collin

Je poste uniquement cet extrait d’un texte du philosophe Denis Collin mais le texte complet est évidemment accessible sur La Sociale au lien ci-dessous.

On devrait séparer clairement les musulmans des organisations islamiques. Dans la population française, comme ailleurs, il y a un certain nombre de musulmans, de nationalité française ou non, comme il y a des catholiques, des orthodoxes, des protestants, de bouddhistes, et ainsi de suite, sans oublier ceux, majoritaires en notre pays qui ne croient ni à Dieu ni au diable et se contentent de leur vie terrestre. Tous ces individus sont égaux devant la loi qui du reste se contrefiche de leurs appartenances religieuses. Qu’est-ce donc qu’un musulman ? Quelqu’un qui croit en totalité ou en partie ce que dit le Coran et en tire éventuellement quelques préceptes concernant sa propre vie. La grande majorité des musulmans dans notre pays s’en tient ainsi à cette religion qui se pratique dans un cadre privé, familial souvent, et n’a aucune envie de s’imposer et d’imposer aux autres des règles de vie remontant au VIIe siècle de notre ère ! Il y a ainsi un islam populaire, bon enfant et qui ne pose aucun problème à quiconque.

Il y a une autre réalité assez différente qui est celle de la religion islamique telle qu’est organisée dans ses diverses composantes et organisations religieuses ou politiques. Cette vaste mouvance, qui est loin de former une unité puisque, entre factions, on peut se massacrer joyeusement, a une histoire. Il ne s’agit absolument pas de l’héritage de « l’islam des origines » ni de celui de la « Porte Sublime » mais de mouvements qui se sont développés entre le XVIIIe siècle et le XXe siècle, des mouvements qui sont religieux – le salafisme prône le retour à l’islam du VIIe siècle – et politiques à la fois. Ainsi, le wahhabisme est à l’origine de la conquête de l’Arabie par le clan Saoud. Les courants fondamentalistes se constituent en réaction contre les tendances démocratiques et modernisatrices qui se manifestent dans l’empire ottoman au cours du XIXe siècle et elles sont habilement encouragées (par tous les moyens) par les puissances occidentales, principalement par la Grande Bretagne qui passera le relais aux États-Unis. Il est inutile de reprendre toute l’histoire des rapports entre l’impérialisme et les mouvements islamistes fondamentalistes.

http://la-sociale.viabloga.com/news/la-pretendue-islamophobie-et-la-fonction-politique-des-organisations-islamiques