A défaut de haine raciste, une stigmatisation ou un mépris infraraciste ? C Delarue

lundi 5 septembre 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

A défaut de haine raciste, une stigmatisation ou un mépris infraraciste ?

Qui méprise qui ?

Pas d’essentialisme ai-je dit ici (1) mais il est vrai qu’il peut y avoir infraracisme (Wievorka) ou « racisme respectable » (Tévanian). Le racisme respectable ou le racisme républicain dit M Tévanian « a ceci de remarquable qu’il n’exprime pas frontalement de haine à l’encontre des Noirs, des Arabes ou des Musulmans, - pas d’essentialisme donc pas de racialisation (faire comme si c’était une »race« ), pas de racisme (C Delarue qui a même adopté le mot islamophobie que je retourne aujourd’hui contre ceux qui communautarisent des musulman-e-s qui s’opposent durement entre eux ou elles) - mais emprunte des détours et méprise plus qu’il ne hait ». Retenons la fin « méprise plus qu’il ne hait » car pour le reste je n’ai pas eu besoin lire M Tévanian mais je l’ai fait car outre que c’est mon job et que j’y passe beaucoup de temps il analyse des processus qui ont leur importance. Donc point d’abus chez moi de certains mots comme République ou comme communautarisme ni de procédés allusifs, d’euphémismes, de métonymies,

M Tévanian, que j’ai connu jadis au MRAP ajoute " Le racisme républicain s’exprime le plus souvent sous la forme d’un discours « raisonnable » – ou simulant la raison – opposant de manière manichéenne des entités vagues : « la République » du côté du bien, et du côté du mal plusieurs entités tout aussi vagues (« la violence », « l’insécurité », « l’incivilité », les « caïds de banlieue », l’« intégrisme », le « communautarisme », la « victimisation », la « repentance », etc.) qui ont toutes pour point commun de se rattacher, par le biais de détours rhétoriques bien balisés, à l’immigration et aux populations issues des anciennes colonies. (http://lmsi.net/La-Republique-du-mepris). J’ai participé à Pour une politique ouverte d’immigration (ATTAC) au titre explicite. Et depuis fort longtemps, ma critique porte contre l’intégrisme religieux - çà j’y tiens - et se fait sans ciblage du seul islam. Je ne suis pas seul sur ce terrain.

Reste bien la critique des intégrisme religieux

Caroline Fourrest le fait aussi depuis longtemps. D’ailleurs j’ai connu l’un et l’autre au plan du débat en même temps. Une nouvelle génération d’antiracistes venait agiter le discours antiraciste classique. L’un refusant que l’on critique la religion (un livre connu mais plus tard) et l’autre féministe, critique des intégrismes et de Tariq Ramadan. Au MRAP j’ai donc voulu créer comme membre du BN et du CN, il y a une dizaine d’années, un groupe « intégrisme », et j’ai connu l’échec face aux pro-Tévanian, dont Mouloud Aounit. M Tévanian n’avait pas encore publié tous ses livres (pas d’anachronisme) mais il naviguait dans les eaux des Indigènes de la République (appel de 2005).

Mais les choses ont évolué. Et là ou j’ai gagné c’est bien d’avoir participer à conforter un point de vue antiraciste qui maintienne la possibilité dans un Etat de droit la critique des intégrismes. Il a fallu travailler, chercher, préciser plus. Ce fut le sexoséparatisme et plus tard la qualification de « contre-mouvement réactionnaire et autoritaire » pour les intégristes religieux . A priori, pas grand mérite à critiquer tous les intégrismes religieux. Détrompez-vous ! Des heures de travail acharné pendant une douzaine d’années !

Christian DELARUE

1) Essentialisation raciste : Haine des musulmans car musulmans - C Delarue - Amitié entre les peuples
http://amitie-entre-les-peuples.org/Essentialisation-raciste-Haine-des-musulmans-car-musulman

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article151761#forum565650