DEMOCRATIE et DIVISION INCLUS-EXCLUS - C Delarue

mardi 18 août 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 7%

DEMOCRATIE et DIVISION INCLUS-EXCLUS

Cette division inclus-exclus est sociale et sociétale !

Le terme « social » est parfois exprimé dans un sens large, englobant les deux secteurs, mais plus souvent dans un sens étroit qui met l’accent sur les aspects économiques qui sont aussi des aspects sociaux !

I - DIVISION SOCIALE ET ECONOMIQUE

Socialement on a vu jadis (discours des années 95) mais encore maintenant (cf article de Slate) « la division de la société elle-même en deux camps avec »d’un côté, les inclus confiants dans leurs compétences et leurs capacités à trouver et à conserver leur place dans une société mondialisée ; de l’autre, les exclus qui n’y trouvent plus leur place et ont le sentiment de ne plus avoir d’avenir« . Ici ce n’est pas du tout l’affrontement du 1% d’en-haut contre peuple-classe 99% en-dessus qui est visé mais à l’inverse un pourcentage faible (variable) d’en-bas, d’exclus de la société de par le chômage et la précarité, que l’on nomme aussi les »sans« pour »sans travail« , »sans logement« , »sans revenu« et au-dessus, un vaste corps social dit »inclus", bénéficiant de l’emploi, de l’Etat social, des services publics, et du logement !

Dans cette vision du monde, on trouve un souci (variable) des exclus et des pauvres mais aussi l’idée plus contestable que les « inclus » qui n’ont pas à se plaindre ! Vivre modestement en travaillant durement conforte un certain mode de vie « dur » que certains valorisent ! Reste que ce découpage entre une couche d’exclus en-bas et une large masse d’inclus est très conservatrice sur plusieurs plans car 1) elle nie la désaffiliation en cours au sein des « inclus » (voir en termes dynamiques, de processus et non d’état stabilisé le permettrait), 2) elle nie le lien avec l’enrichissement débridé des riches du 1% sous le néolibéralisme (ce n’est pas son problème), 3) elle nie ou relativise le degré d’exploitation des travailleurs « inclus » (« ils ont la RTT a 35H, c’est bon ! » et de ce fait, rester « collé » au smic ne serait pas un souci !), et pour les exclus, elle préconise des politiques de type « caritatif public » avec des dispositifs socio-technocratiques pour « pauvres » et assimilés qui s’accommodent aisément de la « casse de l’Etat social » (Husson) et des services publics ! Or c’est plutôt la logique de désaffiliation (cf Robert Castel) qu’il faudrait combattre en consolidant l’Etat social, les services publics contre la prédation d’en-haut, du 1% néolibéral !

II - DIVISION SOCIETALE

Au plan « sociétal » ou culturel, on retrouve une vielle division entre « nous » (ceux et celles qui se ressemblent) et « eux », soit ceux et celles qui sont différents (car souvent ce sont des immigrés) ! Il y a là le vieux racisme contre les « gens de couleur » ou contre les juifs ou contre les Rroms ou contre les musulmans, etc ! Il y a aussi ce « eux » qui recoupe plusieurs différences culturelles comme la langue, la façon de se vêtir, la façon d’exprimer sa religion, la façon de manger et-ou de tuer les animaux que l’on mange ! Il y a bien là une division « sociétale » entre les assimilés qui sont les inclus et les « différents » qui sont perçus comme étrangers ! Les barbares de jadis bégayaient le grec ! Cela n’a guère changé pour pointer un « eux » dévalorisant !

Appliquer la vieille formule du début des annèes 80 « Vivre ensemble, égaux, avec nos différences » pourrait être la bonne réponse sociétale, pour peu néanmoins que l’on valide et respecte aussi d’une part la laïcité (loi de 1905 seulement ou 1905 avec celle de 2004 pour l’école ?) et d’autre part la « réciprocité textile » qui veut que si on tolère « l’hypertextile choisi » (voile et jupe très longue) alors on autorise aussi l’hypotextile choisi (soit le string seins nus) ! Et que l’on n’oublie pas, au plan des religions l’existence des intégrismes et donc la distinction entre les différences choisies et des différences imposées ! Le sexoséparatisme « hard » (réclusion des femmes à la maison) et « soft » (hypotextile chaque jour, tous les jours, constamment) est montant dans le monde et il n’a pas de frontière à sa mise en pratique !

III - REUNIR LES DEUX COMBATS en activant un peuple-classe multicolore et multitextile !

Pour mobiliser contre les deux types d’exclusion dans le cadre d’une « démocratie inclusive » (ATTAC 2015), la notion de « vivre ensemble, égaux, avec nos différences » paraît faible, insuffisante ! Elle se rapporte beaucoup plus à la question sociétale qu’à la question sociale, c’est pourquoi il est préférable, pour répondre sur les deux champs de l’exclusion, d’activer la notion de « peuple-classe multicolore » (multicolore et multitextile et plurilinguisme) ! La notion de peuple-classe 99% (sans multicolore) était déjà un concept anti-domination socio-économique des oligarchies, castes ou classes dominantes (DELARUE - ATTAC) qui rassemblait les différentes couches et classes sociales dominées , celle nouvelle de « peuple-classe multicolore » (été 2015) peut venir intégrer la question antiraciste à la question sociale ! Reste alors à ne pas oublier la question anti-sexiste (les féminismes) et celle anti-impérialiste (géopolitique)

Christian Delarue

Le nouveau clivage « inclus »/« exclus » | Slate.fr
http://www.slate.fr/tribune/40621/verts-allemagne-desarroi-democraties-europe

Pour une société civile inclusive avec « textiles » et non textiles. C Delarue - Amitié entre les peuples
http://amitie-entre-les-peuples.org/Societe-civile-inclusive-avec