Critiquer une tendance régressive, ne pas agresser des femmes en burkini .

samedi 20 août 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

Critiquer une tendance régressive, ne pas agresser des femmes en burkini .

On ne saurait admettre, dans un Etat de droit, que des femmes subissent la violence physique ou des injures sexistes (ou racistes) du simple fait du port d’un vêtement qui apparaît provocateur ou « lié au terrorisme islamique » (sic).

On ne saurait admettre aussi les formes diverses d’agression des intégristes religieux contre les femmes non suffisamment couvertes à leurs yeux. Elles sont nombreuses en été et de toute conscience (athées ou croyantes).

Pour autant, on peut critiquer le burkini ou l’hypertextile de façon générale et ce sur plusieurs registres (droit de choisir son vêtement, sécularisme, etc) . Non seulement cela est de droit mais, de plus, cela est nécessaire, et d’autant plus nécessaire qu’il y a un rapport de force engagé au plan mondial par les intégristes religieux qui ont imposé depuis plusieurs années le sexoséparatisme là ou ils sont dominants. Ce n’est pas une mince oppression ! Elle est sans frontière.

Ce qui est en jeu c’est la casse du dispositif juridico-culturel fait de libertés des femmes, d’égalité entre hommes et femmes, de laïcité et de sécularisme, un ensemble de droits et de pratiques qui forme ce qui a été conquis - avec des faiblesses - par les féministes et les laïques pendant les 50 dernières années en France et en Europe et que M De Singly a nommé « seconde modernité ». Pour de nombreuses militantes (et militants) il s’agit de mieux conforter ce dispositif juridique et comportemental et non pas de le laisser en jachère sous l’effet désagrégateur des forces réactionnaires.

nb : Sur le volet régressif lié à l’intégrisme catholique jadis sexoséparatiste
lie Sous-culture sexoséparatiste sur les plages jadis en France avant le bikini.
http://amitie-entre-les-peuples.org/Sous-culture-sexoseparatiste-sur-les-plages-jadis-en-France-avant-le-bikini

Position

1 - Droit au burkini sur les plages sauf ordre public

2 - Burkini refusé dans les piscines publiques pour raisons sanitaires, pas pour laîcité,

3 - Critique de l’hypertextile sous pression des intégristes religieux nécessaire dans la société civile

Ce texte est sur
https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/180816/critiquer-une-tendance-pas-agresser-des-femmes-en-burkini

et sur Le Grand Soir sous :

http://www.legrandsoir.info/critiquer-une-tendance-regressive-ne-pas-agresser-des-femmes-en-burkini.html

Christian DELARUE

Addendum :

Merci à LGS pour les photos qui méritent quelques mots :

- Les photos ne montrent pas expressément l’oppression subie car il y a besoin pour cela d’un regard critique qui contextualise notamment en soulignant l’existence en France à cette époque d’un lourd conservatisme de moeurs chez les catholiques, religion dominante en France.

- On ne saurait donc faire état d’un passé en le naturalisant (au lieu de montrer ses déterminants historiques) pour faire accepter une situation présente qui n’est pas plus de l’ordre de la nature .

Renvoi à : Sous-culture sexoséparatiste sur les plages jadis en France avant le bikini. - http://amitie-entre-les-peuples.org/Sous-culture-sexoseparatiste-sur-les-plages-jadis-en-France-avant-le-bikini

Maintenant, dire que des tenues sont « liées en soi au terrorisme » à propos du burkini ou qu’elles sont opposées à la laïcité à propos de plages c’est dire grossièrement n’importe quoi. C’est notamment confondre, à mon avis, culture dominante sécularisée et laïcité . On peut dire ce qu’on veut pour débattre si on argumente. Le problème, c’est quand des arrêtés municipaux sont pris à l’appui de ces opinions ! En Corse on a évoqué une interdiction en fonction des bonnes moeurs. Bientôt, trop souvent chargé de conservatisme, on risque d’interdire le baiser dans la rue d’homosexuels ou même d’hétérosexuels, le string seins nus sur la plage. Bref on navigue entre deux formes d’intolérance.